Première élection présidentielle depuis le retrait de l'ONU au Timor oriental

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes lundi pour les premières élections présidentielles du Timor oriental depuis le retrait fin 2012 du personnel onusien de la MINUT (Mission intégrée des Nations Unies au Timor-Leste). Huit candidats se présentent pour ce poste essentiellement symbolique, Francisco « Lu-Olo » Guterres étant considéré comme le favori à la victoire. Le leader du parti Fretilin (Front révolutionnaire pour l’indépendance du Timor-Oriental) a en effet reçu le soutien public de Xanana Gusmao, devenu premier président du Timor oriental indépendant en 2002. Le petit pays insulaire d’Asie du sud-est, situé entre l’Indonésie et l’Australie, compte environ 1,2 million d’habitants. Colonie portugaise pendant plusieurs siècles, le territoire a ensuite été occupé par les Indonésiens à la fin du 20e siècle, avant d’acquérir son indépendance formelle en 2002 après une consultation populaire qui a rejeté la possibilité d’un statut spécial au sein de l’Indonésie.
L’actuel président, Jose Maria Vasconcelos, aussi connu sous le nom de « Taur Matan Ruak », a été élu en 2012 alors qu’une mission de maintien de la paix de l’ONU arrivait en fin de mandat.
Si aucun des candidats n’obtient directement plus de la moitié des voix, un second tour sera organisé en avril. Les élections législatives sont organisées dans la foulée, en juillet.

Partager l'article

20 mars 2017 - 02h35