Préavis de grève levé à la prison de Saint-Gilles

La CGSP a décidé de lever jeudi le préavis de grève qu’elle avait déposé vendredi dernier à la prison de Saint-Gilles en raison de la surpopulation carcérale constatée dans cet établissement pénitentiaire. Le syndicat exigeait que le nombre de détenus soit ramené à 850 détenus maximum alors qu’il est actuellement de 900. Une réunion s’est tenue jeudi entre l’administration pénitentiaire et le syndicat qui, en raison de l’engagement pris par l’administration de réduire le nombre de détenus à 850 d’ici mercredi prochain, a accepté de lever son préavis de grève. “Nous avons décidé de lever le préavis de grève en raison du plan d’évacuation de détenus que nous a présenté l’administration pénitentiaire. Celle-ci s’est en effet engagée à ramener le nombre de détenus de la prison de Saint-Gilles à 850 en transférant d’ici mercredi prochain 72 détenus dans des établissement pénitentiaires de province”, a indiqué Laurent Lardinois, délégué CGSP.
Le bourgmestre de la commune de Saint-Gilles, Charles Picqué (PS), avait menacé mercredi de prendre un arrêté afin d’interdire l’arrivée de tout nouveau détenu à la prison de Saint-Gilles dont la capacité maximale n’était, selon lui, plus respectée depuis la semaine dernière. A ses yeux, le risque pour la sécurité des prisonniers, de leurs visiteurs et des gardiens était devenu trop important.

Partager l'article

06 avril 2017 - 16h10