Préavis de grève levé à la zone de police d'Ans/Saint-Nicolas

Le 7 février dernier, le personnel de la zone de police d’Ans/Saint-Nicolas, en région liégeoise, avait déposé un préavis de grève pour une période allant du 1er avril au 31 mai 2017. Les conditions de travail au sein du commissariat central d’Ans étaient notamment en cause. A la suite d’un accord intervenu en Comité de concertation de base, le préavis de grève a été levé. Il n’y a donc plus de menace qui plane sur l’arrivée de la course cycliste Liège-Bastogne-Liège, à Ans, le 23 avril, a annoncé vendredi Fabrice Discry, président provincial du Syndicat National du personnel de Police et de Sécurité (SNPS). Le personnel se plaignait de l’état de vétusté et du caractère inadapté des locaux du commissariat central situé rue André Delvaux à Ans. Il s’agit en effet de l’ancienne brigade de gendarmerie, dont les anciens logements sont occupés par une partie du personnel.
A travers ce préavis de grève, le SNPS demandait qu’une solution soit apportée pour reloger le personnel en attendant la mise à disposition du nouveau commissariat de police à Bonne-Fortune, à la limite entre les deux zones de police. Ce projet est annoncé depuis quelques années mais a été reporté au budget à plusieurs reprises. Vendredi en Comité de concertation de base, le SNPS a obtenu les apaisements souhaités.
« Les plans du nouveau commissariat nous ont été présentés. Ils correspondent à un hôtel de police enfin digne du 21e siècle. En attendant sa mise à disposition, nous avons obtenu la location de pavillons préfabriqués, représentant près de 200 m2, afin de reloger le personnel qui occupe la partie des anciens logements. C’était un minimum au vu des conditions de travail actuelles. Il a également été convenu de convoquer tous les mois un Comité de concertation de base afin d’avancer dans différents dossiers et suivre la mise en oeuvre du projet de l’hôtel de police », a expliqué Fabrice Discry.
Le nouveau commissariat est annoncé pour fin 2019. L’investissement, en partie subsidié, s’élève à 3,9 millions d’euros.

Partager l'article

24 mars 2017 - 21h35