facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Pour le chorégraphe français Angelin Preljocaj, un jour sans danser est un "jour perdu"

A bientôt 60 ans, dont 30 à le tête de la troupe qui porte son nom, le chorégraphe français Angelin Preljocaj, l’une des principales stars de la danse contemporaine, dit danser encore « tous les jours ». « Quand je suis en création, j’aime chercher le mouvement dans mon corps. Comme disait Nietzsche, qu’un jour où on n’a pas dansé soit considéré comme un jour perdu », dit à l’AFP M. Preljocaj.
Depuis le milieu des années 1980, il a chorégraphié près de 50 pièces, dont des créations reprises sur les plus grandes scènes du monde, du New York City Ballet à la Scala de Milan.
Il est aujourd’hui directeur artistique du Pavillon noir à Aix, un centre chorégraphique conçu pour lui et inauguré en 2006, où il dirige une troupe de 24 danseurs. Mardi, c’est dans un théâtre voisin qu’il a présenté sa dernière création « La Fresque », inspirée d’un conte chinois.
S’il confirme humblement avoir été « souvent approché » pour prendre la tête du ballet de l’Opéra de Paris, il dit vivre « un bonheur incroyable » à Aix et n’avoir aucune « intention de partir ».
Né dans la banlieue parisienne en 1957 – ses parents réfugiés ont fui l’Albanie du dictateur stalinien Enver Hoxha -, Angelin Preljocaj grandit avec quatre soeurs « dans les cités » de la ville de Champigny-sur-Marne, à l’est de la capitale, dirigée par des communistes depuis 1950.
Pourquoi devient-il danseur ? « C’est une photographie de Noureev qui m’a happé, le montrant dans un saut magnifique, avec un visage illuminé de l’intérieur et la légende +Rudolf Noureev transfiguré par la danse+. J’étais un gamin, ça m’a fait un choc ».
Dès le début, la danse est pour lui « un vrai combat, contre ma famille, contre les gens de la cité qui ne comprenaient pas. Puis ça a été un combat d’imposer une compagnie de danse et une esthétique contemporaines dans un milieu où la danse classique était très portée par les institutions ».
Un autre combat, politique, a eu lieu en 1995, quand l’extrême droite remporte les élections municipales à Châteauvallon (sud-est), où sa troupe est alors implantée. « Je n’étais pas d’accord avec les tendances politiques du nouveau maire Front national et j’ai préféré partir. Quand on est un centre chorégraphique national, on a dans son conseil d’administration des membres de la municipalité et je ne voulais pas vivre ça ».

De son pays d’origine, où il ne retournera qu’après la chute du régime en 1991, il garde la maîtrise de l’albanais, qu’il parle avec un accent français « horrible ou hilarant », plaisante-t-il, ainsi qu’un certain nombre de thématiques qui surgissent régulièrement dans ses ballets.
« Les Balkans, c’est quelque chose qui finit par sourdre, en filigrane, peut-être dans tous mes spectacles », affirme-t-il, à l’instar de son « Hommage aux Ballets Russes » de 1993, qui met en scène le mariage traditionnel albanais, basé sur le rituel du rapt.
« J’ai toujours été étonné des mariages français très gais. En Albanie, une sorte de drame se déroulait, les femmes pleuraient, les hommes tiraient des coups de feu en l’air… c’était très fort comme choc culturel ».
En 1990, il situe sa création « Roméo et Juliette » dans le contexte des régimes totalitaires des pays de l’Est, et travaille avec deux autres artistes des Balkans, le dessinateur de bande-dessinée Enki Bilal et le musicien Goran Vejvoda.
Parmi ses collaborations éclectiques, figurent entre autres les musiciens Air ou les créateurs Jean Paul Gaultier et Azzedine Alaïa.
A la rentrée 2016, il a présenté à la Mostra de Venise son premier long-métrage « Polina, danser sa vie » réalisé avec la cinéaste Valérie Müller, son épouse, et se dit passionné par le cinéma. Il vient également de réaliser la publicité du nouveau parfum Hermès.
« La meilleure façon de nourrir la danse, c’est par l’extérieur. Il ne faut pas entrer dans une sorte d’auto-nutrition », affirme Angelin Preljocaj.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

18 janvier 2017 Conflit en Syrie – La coalition a effectué des frappes dans le cadre de l'offensive turque sur Al-Bab

La coalition internationale contre le groupe Etat islamique (EI) a mené récemment quatre frappes dans le nord de la Syrie pour aider la Turquie dans son offensive pour reprendre la ville d’Al-Bab aux djihadistes de l’EI, a indiqué mardi un porte-parole. Ce dernier n’a cependant lire plus

Belga

18 janvier 2017 Présidentielle française – Un jeune homme gifle Manuel Valls, qui indique vouloir porter plainte

Un jeune homme a tenté mardi de gifler le candidat à la primaire socialiste Manuel Valls, lors de son déplacement en Bretagne. L’incident a eu lieu à Lamballe, alors que l’ex-Premier ministre français distribuait quelques poignées de main à la ronde lire plus

Belga

18 janvier 2017 Une ex-candidate de "The Apprentice" poursuit Trump pour diffamation

Une ex-candidate de l’émission de téléréalité « The Apprentice » qui avait accusé Donald Trump de comportement sexuel abusif poursuit le président élu pour « diffamation », à trois jours de son investiture. Summer Zervos, 42 ans, avait accus lire plus

Belga

18 janvier 2017 Forum économique mondial de Davos – La numérisation ne va pas entraîner de destruction d'emplois massive

La digitalisation ne va pas entraîner de destruction d’emplois massive, ni en Belgique, ni ailleurs dans le monde, prédit mercredi le spécialiste des ressources humaines Manpower, en marge du Forum économique mondial de Davos. Ainsi, 83% des employeurs au niveau mondial pr lire plus

Belga

18 janvier 2017 Accord sur le plan social chez Janssen Pharmaceutica

Les syndicats et la direction de Janssen Pharmaceutica ont bouclé un accord social, annonce mardi soir le syndicat LBC-NVK, l’équivalent flamand de la CNE. L’entreprise pharmaceutique avait connu quelques tensions en fin d’année, notamment à la suite de l’annonce de sa vo lire plus

Belga

18 janvier 2017 Croky Cup – Yves Vanderhaeghe est déçu mais croit encore aux chances d'Ostende

Yves Vanderhaeghe a reconnu qu’Ostende n’était pas « dans son meilleur » jour après la demi-finale aller de Coupe de Belgique qui a vu les Côtiers faire 1-1 à domicile face à Genk mardi soir. Kevin Vandendriessche a ouvert le score pour Ostende à la 21e contre lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/