facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Pour honorer la mémoire de son père, Sara Jadallah sauve les vestiges du cinéma soudanais

Un silence s’installe quand Sara Jadallah passe devant des ruines coincées entre deux immeubles d’une rue de Khartoum. A cet endroit se trouvait autrefois le premier studio de cinéma privé du Soudan, créé par son père dont elle honore la mémoire en sauvant les vieux films de son pays. A la suite de différends fonciers et au terme de huit ans de procès, le gouvernement a démoli ce local qui a vu le jour dans les années 70 à l’initiative de Jadallah Jubara. Et ce peu de temps après la mort en 2008, à l’âge de 88 ans, de ce célèbre réalisateur. « L’écran est toujours là », fait remarquer Sara Jadallah, montrant un bandeau blanc accroché au seul mur encore debout du « Studio Jad ». « A travers sa caméra, mon père a documenté l’histoire soudanaise. Je veux protéger son héritage », explique à l’AFP cette femme de 66 ans, drapée dans un voile aux imprimés floraux.

Avec l’aide d’experts allemands, elle a commencé à numériser toute la collection cinématographique de Jadallah Jubara pour rassembler, dit-elle, les plus importantes archives privées de pellicules 15 et 35 mm au Soudan. Son père était officier dans l’armée britannique et devint, après la Deuxième Guerre mondiale, projectionniste dans un petit cinéma ambulant. Il a ensuite filmé les faits marquants de l’histoire de son pays, notamment la cérémonie d’indépendance en 1956. En cinquante ans, il a produit plus de cent documentaires et quatre longs métrages, dont le film romantique « Tajooj » (1984). Stockées pendant des dizaines d’années dans de mauvaises conditions, ses archives ont souffert.

Au début de sa carrière, Jadallah Jubara a dû faire face au conservatisme de ses compatriotes. Ayant eu du mal à trouver des acteurs, il a fait appel aux membres de sa famille. « Il était convaincu que les caméramans étaient les personnes les plus importantes du monde… qu’ils détenaient les armes les plus puissantes », raconte sa fille. Celle-ci s’est fait un prénom quand elle est devenue championne nationale de natation tout en ayant souffert enfant de la polio. Elle a également étudié le cinéma au Caire. Cette femme a plus tard aidé son père à réaliser une adaptation des « Misérables » de Victor Hugo quand il avait perdu la vue, dans les dernières années de sa vie. Dans la filmographie de Jubara figurent des films d’avant l’installation du régime islamiste en 1989 ou sur le Darfour, une région de l’ouest du Soudan où un conflit qui dure depuis 2003 a coûté la vie à plus de 300.000 personnes selon l’ONU.

Avant le coup d’Etat de 1989, il y avait plus de 60 cinémas au Soudan, dont 16 à Khartoum, qui diffusaient régulièrement des films hollywoodiens et bollywoodiens. Aujourd’hui, après des années de crise économique et de restrictions gouvernementales sur la diffusion de films étrangers, il n’en reste que trois dans la capitale. La réalisatrice allemande Katharina von Schroeder, qui aide au processus de numérisation à Berlin, explique que regarder ces films revient à voyager dans le temps. « Sans porter aucun jugement, le Soudan était un pays bien différent », explique-t-elle à l’occasion d’un passage à Khartoum, tout en montrant des extraits de l’oeuvre de Jadallah Jubara.

Dans un clip, des couples soudanais vêtus à l’occidentale dansent tard le soir au cours d’une fête en plein air, un fait rare aujourd’hui. Le projet de Sara Jadallah, financé par l’Institut allemand et l’ambassade d’Allemagne à Khartoum, est onéreux. Il a déjà coûté des dizaines de milliers de dollars pour 40 heures de film, alors que son père en a produit plus de 100. Mais pour sa fille, tout ce travail est un cadeau fait au Soudan. « Je veux protéger ses films parce que les nouvelles générations devraient pouvoir voir l’histoire de leur pays ».

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

21 juillet 2017 Décès de l'acteur français Claude Rich

L’acteur français Claude Rich est décédé, annoncent vendredi les médias français. Il avait 88 ans et est mort des suites d’une longue maladie, a précisé sa fille Delphine Rich. Cet acteur connu pour son sourire gourmand et sa voix subtile, un p lire plus

Belga

21 juillet 2017 Londres prêt à accepter la libre circulation pendant quelques années

La Première ministre britannique Theresa May serait prête à garantir la liberté de circulation aux Européens pendant un certain nombre d’années après le Brexit, écrit vendredi la presse britannique. Selon le quotidien Times, cette période lire plus

Belga

21 juillet 2017 Audi (groupe Volkswagen) rappelle jusqu'à 850.000 véhicules diesel

Le constructeur haut de gamme allemand Audi, filiale de Volkswagen, a annoncé vendredi le rappel de jusqu’à 850.000 véhicules diesel pour abaisser leurs émissions polluantes, quelques jours après une démarche similaire de son concurrent Daimler. Ce rappel vo lire plus

Belga

21 juillet 2017 Retour de la pluie dès samedi, suivi d'une baisse des températures

Il fera partiellement nuageux et sec vendredi après-midi et les températures atteindront de 22 à 26 degrés. D’après l’IRM, il pourrait pleuvoir en soirée dans les régions proches de l’Allemagne et du Grand-Duché de Luxembourg tandis qu’il y aur lire plus

Belga

21 juillet 2017 Washington va interdire les voyages en Corée du Nord

Les Etats-Unis vont interdire les voyages de leurs ressortissants en Corée du Nord, a-t-on appris vendredi à Pékin auprès de deux agences de voyages, un mois après le décès d’un touriste américain emprisonné par Pyongyang. Young Pioneer lire plus

Belga

21 juillet 2017 La moustache de Salvador Dali est intacte

Les experts judiciaires chargés des prélèvements d’ADN sur la dépouille du peintre surréaliste espagnol Salvador Dali, mort il y a 28 ans, ont constaté que ses restes embaumés étaient bien conservés, à commencer par sa cél lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/