Possible "coup double" pour l'Etat dans la privatisation de Belfius

Selon les banques d’affaires Bank of America Merrill Lynch et JP Morgan, consultées par le gouvernement fédéral et Belfius dans le cadre de la préparation de la privatisation de cette dernière, la banque pourrait être prête pour une entrée en Bourse dans moins d’un an, écrivent mardi L’Echo et De Tijd. Et l’Etat pourrait faire « coup double », avec une vente partielle de Belfius tout en conservant les revenus du dividende. Bank of America Merrill Lynch, qui travaille pour le gouvernement, estime qu’il est possible de mettre en Bourse de 20 à 40% du capital de Belfius. JP Morgan, qui conseille la banque, avance une fourchette entre 25 et 49%. D’après les rumeurs qui circulent sur la valorisation de Belfius, l’opération pourrait rapporter à l’État entre 1,4 et 4,4 milliards d’euros, une somme qui pourrait être utilisée pour réduire la dette publique.
Parallèlement, d’après les banques d’affaires, il n’est pas exclu que Belfius distribue une plus grande partie de ses bénéfices. Le gouvernement Michel pourrait ainsi continuer à bénéficier des généreux revenus de dividendes.

Partager l'article

04 juillet 2017 - 07h25