Polnareff et une journée "100% accessible" pour lancer les 23e Francofolies de Spa

Les Francofolies de Spa, qui débutent ce 19 juillet, accueilleront 126 artistes tout au long des cinq jours du festival musical qui avait ravi, en 2015, 170.000 festivaliers. Cette année, ceux-ci pourront applaudir des vedettes de la chanson française telles que Pascal Obispo, Zazie ou encore Kenji Girac mais aussi le top de la scène belge représentée par Ghinzu, Puggy, Alice on the Roof ou encore Hollywood Porn Stars. L’événement de cette 23e édition demeure cependant la venue de Michel Polnareff le premier soir du festival. L’Amiral offrira lors du rendez-vous spadois une de ses deux seules prestations belges programmées à l’occasion de sa tournée 2016, la première depuis neuf ans.
Le concert n’affiche pas encore complet malgré une recrudescence des préventes ces derniers jours.
La première journée du festival sera aussi marquée par la volonté des organisateurs de rendre toutes les zones du site le plus accessible possible aux personnes présentant un handicap. Les visiteurs seront invités à partager l’espace disponible, afin que les personnes à mobilité réduite puissent choisir d’assister aux concerts sur des podiums spéciaux ou devant les scènes comme n’importe quel festivalier. Les différentes actions sur le thème de l’intégration et de l’accessibilité sont soutenues par Maxime Prevot, ministre wallon de la Santé et de l’Action sociale.
Pour cette 23e édition, les organisateurs ont également repensé la disposition des scènes du Village Francofou, qui s’est révélé trop exigu lors de certaines prestations en 2015. Deux scènes ont ainsi été déplacées afin d’offrir plus d’espace aux festivaliers. « Cela va aussi permettre une fluidité plus importante des spectateurs au sein même du Village Francofou », selon Marc Radelet, porte-parole du festival déjà assuré de voir quotidiennement 10.000 festivaliers au sein du Village.
L’événement spadois participe à l’opération « FestiWAPP », programme d’actions en faveur d’une « Wallonie Plus Propre » porté par le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio. Une participation qui se traduit par exemple dans l’utilisation de gobelets réutilisables, le tri des déchets ou encore la mise en place de navettes gratuites entre les parkings de délestage et le site.
Celui-ci sera sous haute surveillance en raison du niveau 3 de la menace terroriste. Outre des contrôles renforcés aux entrées du Village Francofou et de la scène Pierre Rapsat, cinq points de contrôle sont prévus, par lesquels devront passer chaque personne entrant dans le périmètre du festival.
D’autres nouvelles mesures de sécurité ont été prises après la récente attaque perpétrée à Nice, mais la police refuse de les détailler.

Partager l'article

18 juillet 2016 - 07h40