Police: un syndicat retire le préavis d'actions et trois envisagent de le réactiver

Le SLFP Police a décidé lundi de suspendre son préavis d’actions alors que les trois autres syndicats policiers, la CSC, la CGSP et le SNPS, envisagent de le réactiver. Les organisations de travailleurs avaient déposé le 1er mars un préavis d’actions pour la période allant du 16 mars au 30 avril. Elles demandaient notamment que les économies prévues dans les services publics ne se répercutent pas sur la police fédérale. Elles avaient décidé de suspendre provisoirement le préavis le 10 mars, dans l’attente du contrôle budgétaire fédéral. Une réunion s’est tenue vendredi avec le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), afin d’évaluer le conclave budgétaire.

Après consultation de leur base respective, trois des quatre syndicats officiels envisagent d’à nouveau activer le préavis et de le prolonger jusqu’au prochain conclave en juin.

La CSC, à l’unanimité, dit vouloir maintenir la pression sans toutefois avancer d’actions concrètes. « Nous voulons de la continuité dans le financement de la police fédérale. Nous sommes satisfaits des mesures que le ministre a promises, mais nous voulons aussi un effort structurel », a indiqué le secrétaire CSC, Jan Adam.

Le président du SNPS, Carlo Medo, se dit également mitigé. « Notre base veut voir des éléments sur papier. Le retrait des économies prévues n’était qu’une de nos exigences. Nous voulons maintenant des garanties. »

Le seul syndicat à avoir officiellement retiré son préavis d’actions est le SLFP Police. « Quand c’est bon, il faut savoir le dire aussi. Les efforts du ministre vont au-delà de ses premières promesses. Naturellement, tout doit encore être exécuté, mais nous serons vigilants pour la suite », a commenté Vincent Houssin, vice-président du syndicat libéral policier.

Une réunion entre les syndicats et le comité de direction de la police fédérale est programmée le 14 avril.

Partager l'article

27 mars 2017 - 18h55