Plus de la moitié des Belges ne savent pas comment bien se protéger en ligne

Quelque 65% des Belges déclarent ne savoir que peu de chose, voire rien du tout, sur la sécurité en ligne, car celle-ci est « difficile à comprendre », selon une étude menée par le bureau Gfk pour le compte de Google et Test-Achats. Il s’agit de l’un des constats qui a incité le géant internet et l’association de défense des consommateurs à lancer mercredi une campagne portée par un site (cybersimple.be) visant à sensibiliser les internautes sur ce thème. Ce manque de connaissance ne résulte pas d’un manque d’intérêt dans la question, puisque près de neuf surfeurs belges sur dix précisent accorder de l’importance à ce sujet. Pourtant, 41% des 1.009 personnes sondées voudraient renforcer leur sécurité en ligne, mais ignorent comment s’y prendre, tandis que 31% d’entre elles affirment ne pas savoir si elles en font assez.
Cybersimple.be ambitionne d’y remédier en distillant 80 conseils simples à mettre en oeuvre pour n’importe quel internaute. La sécurisation des comptes et des appareils, les achats en ligne, la protection des enfants, les informations partagées en ligne ainsi que les connexions effectuées sur des réseaux publics constituent les principaux axes de cette campagne.
« Pour se développer, l’économie numérique a besoin de confiance et de sécurité », a déclaré le ministre fédéral de l’Agenda numérique dans une séquence enregistrée à l’occasion du lancement de la campagne. « Il ne suffit pas de s’attaquer aux pratiques illégales pour instaurer un climat adéquat. Les utilisateurs en ligne doivent également connaître eux-mêmes les bonnes pratiques pour pouvoir se protéger. »

Partager l'article

15 mars 2017 - 14h00