Physiquement à Lyon et en hologramme à Paris, Jean-Luc Mélenchon cible surtout M. Macron

Jean-Luc Mélenchon, candidat du mouvement La France insoumise (FI) à l’élection présidentielle, a développé dimanche le septième chapitre de son programme, celui sur “les frontières de l’humanité”. Le meeting avait lieu à Lyon, mais M. Mélenchon apparaissait quasi simultanément en hologramme à Aubervilliers, près de Paris. Il s’en est particulièrement pris à Emmanuel Macron et a taclé les candidats qui “ne laissent derrière eux aucun outil pour pouvoir discuter”. “Comment se fait-il que dans notre pays, nous ayons deux millions de personnes dans l’illettrisme?”, s’est interrogé le tribun de 65 ans, avant de proposer de “consacrer 1% de la richesse du pays à la culture”.
“Monsieur Macron veut faire des chèques culture. Mais la culture, il faut la produire!”, a-t-il adressé au candidat d’En Marche. Il estime que l’ancien ministre de l’Economie a “pourri la vie de milliers de gens avec sa participation à la loi El Khomri”.
En réponse à la fin de l’éducation gratuite pour les enfants d’immigrés avancée par Marine Le Pen, qu’il qualifie “d’ignorante” et dont il moque les idées “farcesques”, M. Mélenchon a préconisé notamment une scolarité obligatoire et gratuite de 3 à 18 ans, une refonte de la carte scolaire et la création d’une “allocation d’autonomie d’études”.
Le candidat plaide pour le recrutement de 60.000 professeurs supplémentaires. “Le savoir est un investissement, pas une dépense”, a-t-il ajouté devant 12.000 militants à Lyon et 6.000 à Aubervilliers, selon les chiffres de son équipe rapportés par Le Monde.

Partager l'article

05 février 2017 - 17h15