Pas d'ordinateurs en vol: Londres va suivre

Londres va suivre la décision des autorités américaines d’interdire les ordinateurs portables et tablettes en cabine sur les vols de neuf compagnies aériennes en provenance de pays arabes et de Turquie, ont indiqué mardi à l’AFP des sources gouvernementales britanniques. « Nous avons évidemment accès aux mêmes sources de renseignement que les Américains. Nous allons mettre à jour nos dispositions cet après-midi », a déclaré une de ces sources. Les Etats-Unis ont annoncé mardi ces nouvelles interdictions en invoquant un risque d’attentats « terroristes » dans un contexte de durcissement de la politique migratoire.

Ankara a rapidement réagi, le ministre turc des Transports Ahmet Arslan demandant « de revenir en arrière ou d’alléger » cette mesure en invoquant notamment l’impact potentiel sur l’afflux de passagers.

Des compagnies telles que Emirates ou Turkish Airlines assurant des vols directs depuis Dubaï ou Istanbul vers les Etats-Unis ont 96 heures à compter de mardi 07h00 GMT (6HB) pour interdire à leurs passagers d’embarquer avec des appareils électroniques plus gros qu’un téléphone portable. Tous ces appareils (ordinateurs portables, tablettes, consoles de jeux, liseuses, lecteurs de DVD, appareils photos…) devront être placés dans les bagages en soute des avions, ont indiqué des responsables américains.

« L’examen de renseignements indique que des groupes terroristes continuent de viser le transport aérien et cherchent de nouvelles méthodes pour perpétrer leurs attentats, comme dissimuler des explosifs dans des biens de consommation », a expliqué l’un d’eux. « Sur la base de ces informations », le secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly a « décidé qu’il était nécessaire de renforcer les procédures de sécurité pour les passagers au départ direct de certains aéroports et à destination des Etats-Unis », a ajouté un autre responsable, sans dire de quels renseignements précis Washington disposait.

Partager l'article

21 mars 2017 - 17h00