Opération "Dites-moi bonjour" pour lutter contre la peur et le repli sur soi

L’action nationale « Dites-moi bonjour » a démarré mardi et se poursuivra jusqu’à l’automne à travers la Belgique « comme réponse positive à la peur, l’insécurité et au repli sur soi », ont annoncé les initiateurs du mouvement dans la salle bruxelloise Beursschouwburg. La campagne, qui se veut « apolitique et sans finalité financière », est soutenue par une cinquantaine de partenaires divers comme des entreprises, des associations et des médias. Elle vise à dire « bonjour » à quelqu’un qu’on ne connaît pas ou à quelqu’un qu’on croise mais ne salue pas. Le but de l’action « Dites-moi bonjour » est de recréer un climat de proximité et de confiance, selon l’expert en communication Fons Van Dyck et Martin Wauthy de la mutualité Solidaris, à l’origine du projet.
Ils appellent non seulement à dire « bonjour » autour de soi, mais aussi à porter le badge à l’effigie de l’action disponible en quatre langues et de propager l’initiative sur les réseaux sociaux à l’aide du hashtag #ditesmoibonjour.
Le message sera diffusé à grande échelle sur des panneaux publicitaires. Une campagne de promotion sponsorisée par les partenaires de l’action « Dites-moi bonjour ». « L’ambition est que l’action soit plus qu’un buzz éphémère. Nous souhaitons travailler de façon structurelle », explique M. Van Dyck. « La deuxième étape de l’action consistera à exporter l’action dans les entreprises dès la rentrée scolaire. »
Les parrains de la campagne sont l’ex-ministre fédéral et actuel secrétaire général de l’Union nationale des Mutualités socialistes (Solidaris), Jean-Pascal Labille, et l’entrepreneur flamand, Wouter Torfs.
Parmi les initiateurs de l’action, on compte des entreprises, des associations et des citoyens engagés, comme l’humoriste Bert Kruismans et le politologue Dave Sinardet. Elle est également soutenue par les principaux groupes de presse et médias du pays.

Partager l'article

07 juin 2016 - 15h15