Offensive anti-drogue aux Philippines: 9 trafiquants présumés tués

Neuf personnes, soupçonnées de trafic de drogue, ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi aux Philippines, où le président Rodrigo Duterte a engagé une lutte sans merci contre la drogue, multipliant les appels à tuer les trafiquants. M. Duterte, élu le 9 mai, avait promis pendant sa campagne d’éradiquer la criminalité en six mois, en donnant carte blanche aux forces de sécurité pour tirer afin de tuer. Ce « permis de tuer » a suscité l’inquiétude des organisations de défense des droits de l’homme qui craignent des exécutions extrajudiciaires de masse.

Samedi à l’aube, les forces de l’ordre ont lancé une opération dans la ville de Matalam, à environ 900 km au sud de Manille, au cours de laquelle huit « personnalités de la drogue », dont une femme, ont été tuées, a déclaré à la presse un porte-parole de la police régionale, Romeo Galgo.

A Manille, la police a par ailleurs découvert le corps d’un homme, dont le cadavre était recouvert d’un carton portant l’inscription « je suis un dealer ».

Vendredi, des militants des droits civiques, dont deux députés, ont appelé à l’ouverture d’une enquête sur les opérations policières sanglantes des derniers mois.

La police, qui affirme agir dans le cadre de la loi, a indiqué avoir tué 103 suspects entre le 10 mai et le 7 juillet.

Le président Duterte a aussi appelé la rébellion communiste, l’une des plus anciennes insurrections d’Asie, à mener sa propre guérilla. « Si vous connaissez le moindre drogué, allez-y et tuez-le », avait-il lancé la semaine dernière devant une foule de près de 500 personnes.

Partager l'article

09 juillet 2016 - 13h40