Noël sous haute surveillance en France

Plus de 90.000 policiers, gendarmes et militaires ont été mobilisés en France ce week-end pour assurer la sécurité des fêtes de Noël dans un contexte de forte menace terroriste, moins d’une semaine après l’attentat djihadiste de Berlin. « L’attentat de Berlin a rappelé à l’ensemble des préfets (représentants de l’Etat dans les régions françaises) qu’il fallait procéder à de nouvelles réévaluations, vérifier que tous les marchés de Noël et toutes les messes de minuit étaient bien protégés », a commenté le directeur général de la police française, Jean-Marc Falcone.

Le « risque » d’un attentat le jour de la célébration par les chrétiens de la naissance de Jésus, qui aurait une symbolique forte pour les djihadistes, existe même s’il n’y « pas d’éléments formels » sur une menace spécifique, a-t-il ajouté, dans un entretien au Journal du Dimanche paru samedi.

Pas moins de 91.000 membres des forces de sécurité ont été déployés samedi et dimanche sur le territoire. « Pour les messes de Noël les plus fréquentées, identifiées dans certaines grandes villes, nous aurons non seulement une présence policière, mais une capacité de riposte quasi immédiate », assure le directeur de la police française.

La France a été frappée depuis janvier 2015 par une série d’attentats sans précédent qui ont fait 238 morts. Cette année, dix-sept projets d’attentats ont été déjoués, a rappelé vendredi le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux.

Partager l'article

24 décembre 2016 - 14h15