Netanyahu dénonce la rencontre entre Charles Michel et deux organisations controversées

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé mercredi dans un communiqué une rencontre entre le premier ministre belge Charles Michel et des représentants de deux ONG israéliennes opposées à la colonisation des territoires palestiniens. M. Michel, accompagné de six parlementaires de la majorité et de l’opposition, a rencontré mercredi matin, Yehuda Shaul et Hagai El-Ad, représentants des associations « Breaking the silence » et « B’Tselem » à Jerusalem, à l’occasion de sa visite en Israël et dans les Territoires palestiniens. L’entretien avait lieu au surlendemain du vote d’une loi légalisant la colonisation sur des terres privées en Cisjordanie occupée, condamnée par la Belgique et de nombreux autres pays.
En réaction à cette rencontre, « le premier ministre a donné comme instruction au ministère des Affaires étrangères d’exprimer sa réprobation auprès de l’ambassade de Belgique en Israël », a affirmé un communiqué du bureau de Benjamin Netanyahu.
« En Israël, nous considérons avec gravité la rencontre du premier ministre belge avec les dirigeants de Breaking the Silence et de B’Tselem lors de son séjour en Israël », a ajouté le communiqué.
« Le gouvernement belge doit choisir: ou changer de voie ou poursuivre une ligne anti-israélienne », a également souligné le bureau de M. Netanyahu.
Une autre loi controversée, votée en juillet dernier, oblige les ONG qui reçoivent la plus grande partie de leur financement de gouvernements étrangers à le déclarer.
Ce texte, selon ses détracteurs, cible en priorité les groupes de gauche faisant campagne pour les droits des Palestiniens et s’opposant à la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-est occupés.
Outre La Paix maintenant, sont notamment visés B’Tselem, qui défend les droits de l’homme dans les Territoires palestiniens, Breaking the Silence, qui recueille les témoignages de soldats engagés dans la répression dans ces Territoires, ou Adalah, une organisation qui défend les droits des Arabes israéliens.
La presse n’était pas conviée à l’entretien. Le premier ministre belge s’est montré très discret à l’issue de la réunion, indiquant qu’elle avait une vocation informative et qu’elle « constituait un témoignage supplémentaire de la difficulté de la situation ».
Mardi midi, M. Michel a été reçu à Jerusalem par M. Nethanyahu.

Partager l'article

08 février 2017 - 23h35