facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Mode: Le "see now, buy now" à l'assaut des podiums

Attendre des mois pour acheter des pièces présentées lors des défilés de mode peut être très frustrant. Une solution semble avoir déjà émergé avec le développement du « see now, buy now » ou « mode instantanée ». Tom Ford et Tommy Hilfinger ont inauguré lors des derniers défilés new-yorkais cette tendance qui consiste à vendre sa nouvelle collection aussitôt présentée au public. Mais c’est Burberry qui a été le premier, en février, à annoncer son intention de sauter le pas. Ce que le groupe de luxe britannique va faire lundi soir, en mettant sur le marché les pièces de sa collection de septembre peu après leur présentation à la Fashion Week de Londres.

Ces maisons se prévalent de la volonté de dépasser un calendrier d’un autre âge, dans un monde obsédé par l’instantanéité. « Les consommateurs ne font pas les boutiques deux fois par an, d’une saison à l’autre. Ils ne veulent pas attendre plusieurs mois pour acheter les créations qu’ils voient et qui les intéressent sur le podium », explique une porte-parole de Burberry.

Pour le directeur artistique de la marque, Christopher Bailey, ce choix est cohérent avec le développement des applications de live streaming qui permettent aux amateurs de mode du monde entier, et plus seulement à quelques « happy few », de voir les défilés. Une rupture radicale mais naturelle avec la tradition qui veut qu’on présente les collections une saison en avance, estime-t-il, alors que Burberry a été l’un des premiers créateurs à diffuser ses défilés en direct et que la majorité des défilés londoniens est désormais disponible en ligne.

– ‘Négation du rêve’ –
Des projections en direct jusqu’aux campagnes sur les réseaux sociaux, « ceci constitue le dernier pas dans un processus créatif qui continuera d’évoluer », dit-il. Le géant de la mode Topshop a aussi adopté le modèle, et a mis en vente 60% de sa nouvelle collection UNIQUE immédiatement après son défilé dimanche. Afin de satisfaire un nouveau type de clientèle, a expliqué sa directrice de la création Kate Phelan au magazine Vogue. « Ils regardent les blogs, Instagram et la mode d’une autre manière, dit-elle. S’ils voient une fille avec une robe rouge, ils vont vouloir acheter cette robe rouge et ils ne comprennent pas ce que veut dire saison, ce qu’ils veulent c’est une robe rouge ».

Un raisonnement qui ne fait cependant pas l’unanimité, témoignant d’un fossé entre les Fashion Weeks de Londres et New York d’un côté et Milan et Paris de l’autre, avec des maisons comme Dior et Chanel qui estiment que la gratification instantanée va perturber le processus de création. François-Henri Pinault, PDG du groupe de luxe Kering (Gucci, Saint Laurent, Alexander McQueen, Balenciaga) estimait ainsi récemment que « la notion de see now/wear now ou sell now est une négation du rêve, du désir ». Cette nouvelle tendance ne suscite pas non plus forcément l’enthousiasme des petites marques qui ne disposent pas de leurs propres magasins et produisent à la commande.

La marque Temperley London, connue pour ses vêtements au look bohème, a vendu trois de ses pièces via le réseau de vente en ligne Vero après son show. Mais c’est le maximum qu’elle peut offrir sans remettre en cause sa manière de travailler, explique la créatrice Alice Termperley. « Nous ne vendons pas des choses faciles à fabriquer » et « il faudrait changer tout notre modèle économique », dit-elle à l’AFP.

Avec des consommateurs de plus en plus exigeants, peut-être n’aura-t-elle pas le choix longtemps, selon Magdalena Kondej, analyste mode chez Euromonitor International. « Donner aux consommateurs ce qu’ils attendent n’est pas nouveau dans le monde de la mode. Ce qui est nouveau c’est la vitesse demandée », explique-t-elle, soulignant que « les consommateurs vivent dans un monde très fluide et les marques doivent en être ».

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

24 janvier 2017 Météo – Des nuages avant une percée du soleil l'après-midi

Mardi matin, le ciel sera souvent chargé avec par endroits du brouillard localement givrant et un risque de quelques faibles averses de neige, annonce l’Institut royal météorologique (IRM). Ensuite, le temps deviendra généralement sec avec des éclaircies ci lire plus

Belga

24 janvier 2017 Crise politique en RDC – L'opposant historique Tshisekedi quitte le pays en pleines négociations politiques

L’opposant historique congolais Étienne Tshisekedi a quitté Kinshasa tôt mardi matin pour Bruxelles alors que son parti négocie avec la majorité soutenant le président Joseph Kabila un partage du pouvoir jusqu’à la prochaine présidentielle en R lire plus

Belga

24 janvier 2017 Brussels Airport traîne Charleroi devant la justice européenne

Brussels Airport a introduit le 29 novembre une demande d’intervention en soutien à la Commission européenne devant le tribunal de l’Union européenne, rapporte L’Echo mardi. Les dirigeants de l’aéroport national entendent ainsi s’opposer au recours de la Sowaer qui contes lire plus

Belga

24 janvier 2017 Les mesures protectionnistes de Donald Trump menacent 5.000 emplois en Belgique

Si le nouveau président américain Donald Trump instaure des droits de douane plus élevés comme il l’a promis, de 1.200 à 5.000 emplois belges seraient en péril, écrit De Tijd mardi. Ces mesures protectionnistes pourraient également coûter lire plus

Belga

24 janvier 2017 Stade National – La N-VA demande de ne pas octroyer de permis de bâtir pour le Stade National

La N-VA veut que les autorités flamandes bloquent l’octroi du permis de bâtir pour le Stade National, rapporte De Tijd mardi. Cette décision revient normalement à la commune de Grimbergen, mais la Flandre joue néanmoins un rôle important dans ce dossier. Si l’ lire plus

Belga

24 janvier 2017 L'économie collaborative taxée à partir du mois de mars

Un arrêté royal instaurant la perception d’un précompte professionnel de 10% au secteur de l’économie collaborative (Airbnb, Uber, etc.) a récemment été publié au Moniteur, rapporte L’Echo mardi. Le texte entrera en vigueur le 1er mars. Ce pr lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/