Manifestations au Venezuela: deux morts lundi, 23 depuis début avril

Deux personnes ont été tuées lundi au Venezuela, a annoncé le parquet au terme d’une nouvelle journée de mobilisation hostile au président socialiste Nicolas Maduro, portant à 23 le nombre de victimes en trois semaines de manifestations. “Nous avons vérifié et je confirme la mort de deux hommes dans des manifestations à Barinas et Mérida”, deux villes situées dans l’ouest du pays, a indiqué à l’AFP une source du parquet, qui avait annoncé plus tôt la mort de trois personnes. Les victimes sont deux hommes de 42 et 54 ans, selon le parquet qui dénombre aussi sept blessés.
Le Défenseur du peuple (autorité veillant au respect des droits de l’homme), Tarek Saab, a identifié la victime de Mérida comme un “pro-gouvernement” qui “était en train de manifester pacifiquement et aurait reçu un tir”, ajoutant: “Il y a aussi cinq jeunes (blessés) qui sont entre la vie et la mort”.
L’opposition a elle affirmé qu’il y avait deux victimes à Barinas, des anti-Maduro qui manifestaient et ont été la cible de “paramilitaires du PSUV”, le Parti socialiste au pouvoir.
L’annonce de ces décès contraste avec le calme constaté lors de la mobilisation de lundi, quand des milliers d’opposants ont bloqué les route du pays pour réclamer des élections générales anticipées.
Seuls quelques heurts ont été observés, quand la police a dispersé avec du gaz lacrymogène des manifestants qui lui jetaient des pierres sur une autoroute de la capitale.
“Cela a été une manifestation pacifique en faveur d’élections générales. Fini la répression pour le peuple qui veut un changement”, a lancé le député d’opposition Luis Florido.
Assis ou debout sur la chaussée, sous un soleil intense, les manifestants, pour la plupart vêtus de blanc, entonnaient de temps à autre l’hymne vénézuélien ou clamaient des mots d’ordre comme “liberté”.
Installés sur l’autoroute Francisco Fajardo, voie d’accès à Caracas, ils étaient aussi déployés sur les axes stratégiques du pays, sans générer toutefois d’embouteillages importants, les habitants ayant emprunté les routes secondaires ou renoncé à se déplacer en prévision de la mobilisation.
“Nous bloquons (les routes) pour que Maduro comprenne qu’il doit partir. Avec lui, nous avons faim. Je ne trouve pas de lait pour mon bébé de 16 mois”, expliquait à l’AFP Amalia Duran, une femme au foyer de 41 ans.
Dans ce pays pétrolier dont l’économie s’est effondrée avec la chute des cours du brut, la majorité des aliments et médicaments sont introuvables. Lassés, sept Vénézuéliens sur dix souhaitent le départ de Nicolas Maduro, selon un sondage Venebarometro.

Partager l'article

25 avril 2017 - 03h30