Lutte contre le terrorisme – Il est grand temps de revoir le délai de 24 heures, rappelle M. Geens

Le ministre de la Justice, Koen Geens, a rappelé la nécessité de revoir le délai de garde à vue en Belgique. Il souhaite un allongement à 48 heures voire à 72 heures pour le terrorisme mais peut se contenter des 48 heures, a-t-il indiqué vendredi, quelques heures avant une réunion de la commission Lutte contre le terrorisme de la Chambre. A la suite des attentats de Paris, le gouvernement a exprimé le souhait, parmi d’autres mesures, d’allonger le délai de garde à vue en Belgique, actuellement de 24 heures, à 72 heures. Pour ce faire, il faut réviser l’article 12 de la Constitution et donc obtenir une majorité des deux tiers. La coaliton au pouvoir a déposé en décembre 2015 une proposition allant dans ce sens mais le texte n’a pu faire l’objet d’un consensus avec l’opposition jusqu’à présent. Après des tractations en coulisses, le dossier revient devant la commission parlementaire.
Il est ressorti d’une série d’auditions que tant les magistrats du parquet que les juges d’instruction souhaitaient allonger le délai général à 48 heures, les avis divergeant ensuite sur une extension à 72 heures pour le terrorisme.
« Le délai actuel n’est plus de notre temps, nulle part dans le monde. Ma préférence va à 48 heures, et à 72 heures pour le terrorisme. Mais je dis bien: de 48 à 72 heures. Je peux vivre avec simplement 48 heures dès lors que quelque chose change. Il est grand temps », a expliqué M. Geens lors d’un entretien accordé à l’agence Belga.
Le débat n’est pas neuf, souligne encore le ministre. En mars 2015, l’allongement du délai figurait déjà dans son plan pour la Justice.

Partager l'article

17 mars 2017 - 10h30