L'industrie du mannequinat écope d'une forte amende pour entente sur ses tarifs

En pleine Fashion Week parisienne, l’Autorité française de la concurrence a infligé une amende de 2,4 millions d’euros à 37 agences de mannequins et à leur syndicat, pour s’être entendus sur les grilles tarifaires des prestations des modèles. Elite, IMG, Marilyn ou encore Next: ces agences de notoriété internationale – qui représentent les plus grands mannequins de la planète – ont été épinglées pour avoir « freiné la concurrence au détriment de leurs clients », selon un communiqué de l’Autorité de la concurrence publié jeudi.
Les 37 agences de mannequins sanctionnées représentent la quasi-totalité du marché en France, et certaines vont devoir débourser plusieurs centaines de milliers d’euros, avec un record de 600.000 euros pour la seule Marilyn Agency.
En s’entendant sur des grilles tarifaires, les agences de mannequins proposaient toutes les mêmes tarifs pour les clients qui les contactaient pour un contrat, ce qui « faussait le point de départ de la négociation commerciale », relève l’Autorité de la concurrence.
Le syndicat Synam – qui représentait 80% du chiffre d’affaires de la profession au moment des faits reprochés – écope d’une amende de 50.000 euros, pour avoir « élaboré et diffusé entre 2000 et 2010 des grilles tarifaires orientant la politique commerciale des agences ».
Aucune donnée récente n’est disponible concernant le chiffre d’affaires réalisé au niveau mondial ces dernières années par les agences sanctionnées, mais en 2010, il s’élevait en cumulé à quelque 150 millions d’euros, précise la décision longue de près de cent pages.

Partager l'article

30 septembre 2016 - 08h00