Libye: un photographe de l'AFP arrêté de nouveau à Benghazi

Le photographe de l’Agence France-Presse dans la ville libyenne de Benghazi, Abdallah Douma, a été arrêté une nouvelle fois samedi soir par les services de sécurité de la ville, a-t-on appris auprès de sa famille. M. Douma avait été arrêté une première fois mardi soir avant d’être libéré après près de 24 heures de détention pour sa couverture photo pour l’AFP d’un concert public en présence de jeunes hommes et de jeunes femmes dans une université samedi dernier à Benghazi.
La Direction de l’AFP exprime son inquiétude à la suite de cette nouvelle arrestation et appelle les autorités de Benghazi à remettre en liberté M. Douma et à mettre fin à toute poursuite à son encontre.
Le concert couvert par le photographe avait été vivement critiqué par l’autorité des Waqf, instance religieuse dépendant des autorités de l’Est, qui y a vu « un outrage » à l’islam, notamment en encourageant la mixité entre hommes et femmes.
Samedi soir, l’organe de lutte antiterroriste de Benghazi a appelé le photographe, lui demandant de se rendre à leur quartier général « pour répondre à quelques questions ».
Une fois sur place, des « policiers » ont demandé aux membres de sa famille qui l’accompagnaient de rentrer et ne pas l’attendre parce qu' »Abdallah est désormais en détention ».
Aucune explication n’a été donnée à la famille. Mais selon un de ses proches, Abdallah Douma a été arrêté une nouvelle fois pour ses photos du concert.
Le concert était organisé dans le cadre de l’opération mondiale « Une heure pour la planète » (Earth Hour), à l’appel de l’ONG internationale Fonds mondial pour la nature (WWF).
La ville de Benghazi est contrôlée par l’Armée nationale libyenne (ANL) auto-proclamée par le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est du pays qui conteste la légitimité du gouvernement d’union nationale (GNA), installé à Tripoli et seul reconnu par la communauté internationale.

Partager l'article

02 avril 2017 - 01h00