L'exposition "Tapestry of light" revisite l'apocalypse à la cathédrale de Bruxelles

En première mondiale, l’exposition “Tapestry of light” de l’artiste plasticienne australienne Irene Barberis a été présentée mercredi à la Cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule. Le vernissage aura lieu jeudi soir en présence du cardinal Jozef De Kesel, sur fond des quatre hymnes de l’Apocalypse mis en musique par les compositeurs Allan Charlton, Boudewijn Cox, Jocelyn Lafond et Sébastien Van Bellegem. L’exposition sera visible gratuitement jusqu’au 15 juin. L’oeuvre revisite de façon moderne le livre de l’apocalypse. Les 14 tapisseries présentées mesurent 36 mètres de long sur 3 mètres de haut. Elles sont fabriquées à partir de fibres incandescentes et de fils de lumière spécialement construits à l’aide de la technologie des nanoparticules développée au RMIT Design Research Institute (Université de Melbourne). Cette confection permet dans l’obscurité de la lumière UV de faire ressortir certains éléments de l’oeuvre.

L’artiste a mis 10 ans à réaliser ce travail. Son inspiration a pris naissance en regardant la Tapisserie d’Angers de l’Apocalypse en France. Son oeuvre y intègre de nombreuses représentations de l’époque moderne, notamment des villes et de nombreux soldats en référence aux guerres actuelles. “Cette tapisserie sur l’apocalypse parle de la fin du monde, mais aussi de la vie après, d’une ville future, parce qu’il y a beaucoup de choses qui se passent après la fin du monde que l’on connaît”, commente Irene Barberis. “L’idée d’une fin à ce monde est avec nous à chaque fois qu’on lit un journal : l’environnement, les guerres, les réfugiés… Mon travail porte sur la guerre, mais aussi sur l’espoir, la vie et l’éternité. Il y a une transition de la réalité que l’on connaît aujourd’hui à une autre réalité. Mon message au public est un appel à la prudence, car ce que nous expérimentons aujourd’hui est l’apocalypse, mais il y a aussi de l’espoir.” La dimension de lumière et d’espérance du dernier livre biblique est particulièrement mise en exergue.

En parallèle, la Bibliothèque royale de Belgique présentera gratuitement jusqu’au 22 juillet une sélection de sa collection de manuscrits et gravures illustrant l’apocalypse. Le musée d’art moderne religieux de Koekelberg permettra quant à lui de découvrir jusqu’au 4 juin d’autres oeuvres qui ont le livre de l’apocalypse comme thème.

L’exposition “Tapestry of light” s’inscrit dans le cadre des Ars in Cathedrali, les initiatives artistiques de la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule durant l’année. La sixième édition du festival d’orgue et de musique chorale aura lieu du 11 juillet au 29 août. Il proposera sept concerts les mardis à 20H00.

Partager l'article

26 avril 2017 - 14h20