Les revenus publicitaires des médias digitaux et radios en forte croissance

Les sociétés actives dans les secteurs des médias et du divertissement en Belgique travaillent à leur diversification tout en faisant face à l’arrivée de nouveaux concurrents, révèle une étude publiée mercredi par le consultant PwC. Les revenus globaux de la publicité sur internet ont augmenté de 11,4% entre 2013 et 2014 en Belgique, atteignant 649 millions de dollars. Selon PwC, ce marché devrait encore croître de 11% d’ici 2019. Les revenus publicitaires issus de services payants représentent 36,7% des revenus publicitaires totaux générés sur internet. Par ailleurs, les plate-formes de streaming et de vidéos à la demande devraient connaître d’ici 2019 une croissance bien plus importante, estimée à 42,3%.
Les revenus publicitaires de la presse écrite quotidienne sont par contre en baisse, de 1,67 milliards de dollars en 2010 à 1,54 milliards en 2014. Cette diminution devrait se poursuivre. Elle est estimée à 3% d’ici 2019. Seuls certains titres spécifiques, notamment en presse économique, tirent leur épingle du jeu, selon PwC. Ces éditeurs ont réussi à transformer leurs revenus papiers en revenus digitaux. La presse magazine voit également ses revenus diminuer, selon l’étude. Néanmoins, « le contenu reste le roi », conclut PwC.
Par ailleurs, la Belgique possède le marché radio connaissant la plus forte croissance en Europe occidentale. Les revenus publicitaire y ont progressé de 26% entre 2010 et 2014 pour atteindre 668 millions de dollars. Le développement de la technologie DAB+ et de l’écoute par internet devrait permettre une croissance des revenus de 3,2% d’ici 2019.
La croissance des revenus de la télévision sera par contre plus limitée. PwC ne prévoit qu’une progression de 2,8% d’ici 2019.

Partager l'article

08 juin 2016 - 01h50