Les eurodéputés appellent à une meilleure reconnaissance des femmes dans le monde agricole

Les États membres de l’UE et la Commission européenne devraient mieux reconnaître le rôle des femmes dans le monde agricole, et faire en sorte qu’elles aient les mêmes droits que les hommes, ont estimé les eurodéputés dans un rapport d’initiative voté mardi. Les femmes participent activement aux activités agricoles, soit en tant qu’aide de leur conjoint, soit à part entière, mais leur rôle est encore souvent sous-estimé et mal reconnu. Il s’en suit qu’elles ne peuvent souvent prétendre qu’à un salaire inférieur, et donc aussi à une pension réduite, par rapport à ceux des agriculteurs.

« Dans l’Union européenne où plus de 12 millions d’agriculteurs veillent à fournir la nourriture pour un demi-milliard de personnes et où l’agriculture familiale est le modèle majoritaire, nous avons le devoir, en tant qu’Union européenne d’accorder plus d’attention au rôle des femmes dans l’agriculture », a commenté l’eurodéputée Open Vld Hilde Vautmans. « Si nous voulons donner un avenir à l’agriculture familiale en Europe, nous devons travailler à la reconnaissance du rôle que ces femmes endossent. »

Tom Vandenkendelaere, eurodéputé CD&V, abonde dans son sens. « En Belgique, le CD&V est demandeur d’un contrat de co-entrepreneur, qui permettrait à la femme agricultrice d’être partenaire à 50% de la ferme, et de se constituer des droits plus importants », explique-t-il. Ce nouveau statut ne remplacerait cependant pas celui de conjoint aidant, qui existe actuellement, précise l’eurodéputé.

Le ministre de l’Agriculture et des PME, Willy Borsus, affirme dans un communiqué commun avec Mme Vautmans que sa « priorité va à la revalorisation du statut d’indépendant en général et des indépendantes en particulier ». L’option de transformer le statut de conjoint aidant en co-entrepreneur est également étudiée, souligne-t-il.

Partager l'article

04 avril 2017 - 18h30