Les Etats-Unis commémorent le traumatisme des attentats

Les Etats-Unis marquent dimanche dans le recueillement le 15e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, traumatisme encore présent dans tous les esprits. A New York, les noms des morts seront lus dans une cérémonie du souvenir en matinée à Ground Zero. Près de 3.000 personnes sont mortes dans les attaques perpétrées par 19 extrémistes d’Al-Qaïda au moyen d’avions de ligne détournés et précipités sur les tours du World Trade Center à New York, sur le Pentagone près de Washington et dans la campagne de Pennsylvanie à Shanksville. Pour la première fois depuis plus de près de deux siècles, les Etats-Unis étaient attaqués sur leur sol métropolitain.
Quelque 75.000 personnes souffrent toujours aujourd’hui de troubles mentaux et physiques liés à ces attaques, dont de nombreux urgentistes ayant respiré des particules cancérigènes en tentant de sauver des vies.
A New York, les noms des morts seront lus dans une cérémonie du souvenir dimanche matin à Ground Zero, là où s’élevaient les tours jumelles effondrées dans les attentats, et au pied du One World Trade Center, ou « Freedom tower », nouvelle tour, plus haute encore que les anciennes.
Les deux candidats démocrate et républicain à l’élection présidentielle – la sénatrice de New York au moment des attentats Hillary Clinton et le magnat de l’immobilier de Manhattan Donald Trump – doivent assister à la cérémonie.
Six fois, le silence se fera, pour rappeler le déroulement des attaques meurtrières: les deux impacts des avions sur les tours jumelles, les effondrements respectifs de celles-ci, et les impacts des avions au Pentagone et en Pennsylvanie. Les cloches des lieux de culte de New York sonneront au premier moment de silence, à 08h46 locales (14h46 HB), l’heure à laquelle le premier avion, le vol 11 d’American Airlines, était rentré dans une tour.
Le président Barack Obama observera de son côté un moment de silence à 08h46 à la Maison Blanche, à huis clos. Puis il se rendra au Pentagone pour une cérémonie du souvenir, en compagnie notamment d’Ashton Carter, le secrétaire à la Défense.
Le président américain s’exprimera dans le contexte d’une campagne électorale pour lui succéder particulièrement acrimonieuse et tendue. Samedi, dans son allocution hebdomadaire à la radio, le président américain a rappelé aux Américains que le monde entier regardait la façon dont les Etats-Unis réagissaient au terrorisme. Il a mis en garde contre les réponses simplistes, dans une allusion à Donald Trump.

Partager l'article

11 septembre 2016 - 08h45