Les Etats de l'UE devront se montrer solidaires en cas de crise d'approvisionnement en gaz

Un pays européen confronté à une pénurie urgente de gaz pourra alerter les autres États membres de l’UE et déclencher une aide transfrontalière afin d’y remédier. Un accord en ce sens a été conclu dans la nuit de mercredi à jeudi entre les représentants du Conseil et du Parlement.
Les nouvelles règles garantissent que les États membres suivent une approche commune, coordonnée à l’échelon régional, pour les mesures concernant la sécurité d’approvisionnement. L’UE devrait ainsi être en meilleure position pour se préparer aux crises et gérer les pénuries de gaz.

Pour la première fois, un principe de solidarité s’appliquera. Les négociateurs se sont accordés sur l’introduction d’un mécanisme qui sera activé lorsqu’un État membre indique qu’une intervention transfrontalière est nécessaire pour surmonter une crise profonde.

L’approvisionnement en gaz de l’État membre demandeur deviendra alors une priorité pour les pays qui apportent leur aide. Cette aide d’un autre État pourra seulement être activée comme mesure de dernier ressort.

Le gaz couvre environ un quart des besoins énergétiques de l’Union européenne. La consommation actuelle de gaz de l’UE est d’environ 400 milliards de mètres cubes par an, et devrait rester relativement stable au cours des prochaines années. L’Union importe environ 65% de son gaz, principalement de Russie, de Norvège et d’Algérie.

L’accord informel conclu la nuit dernière doit encore être adopté formellement par le Conseil et le Parlement avant d’entrer en vigueur.

Partager l'article

27 avril 2017 - 14h00