Les brasseurs de gueuzes du Pajottenland ouvrent leurs portes ce week-end

Les producteurs de gueuzes du Pajottenland ouvrent leurs portes au public ce week-end à l’occasion du 20e anniversaire du Toer de Geuze. Les brasseries seront accessibles deux jours, une première pour cet événement bisannuel. Un camping sera dressé à Alsemberg pour permettre aux visiteurs de se rendre dans les 10 brasseries participantes. Il y a deux ans, le Toer avait attiré 10.000 personnes en une journée, dont 20% provenaient de l’étranger. La vallée de la Senne et le Pajottenland, au sud-ouest de Bruxelles, sont connus pour leur savoir-faire en matière de lambics, de gueuzes et de krieks artisanaux, caractérisés par leur touche acidulée. Le lambic, élément constitutif de la gueuze, de la kriek et du faro, est conçu à partir de moût de froment et d’orge. Par son exposition à l’air ambiant, le moût bénéficie d’une fermentation spontanée. Le brasseur assemble ensuite des lambics d’âges différents pour les faire reposer en fût de chêne.

La gueuzerie Tilquin, située à Bierghes, à 200 mètres environ de la frontière linguistique, s’est spécialisée dans ce travail d’assemblage. C’est le seul acteur wallon à prendre part au Toer de Geuze. Tous les autres participants sont situés dans le Brabant flamand: De Troch à Wambeek, Oud Beersel à Beersel, Timmermans à Itterbeek, Mort Subite à Kobbegem, Hanssens à Tourneppe (Dworp), De Cam à Gooik, Lindemans à Vlezenbeek, Boon à Lembeek et Drie Fonteinen à Lot. Ce dernier présentera ses nouvelles installations, à savoir un local de dégustation et un vaste entrepôt de 5.500 mètres carrés où peuvent reposer ses gueuzes et autres krieks.

Partager l'article

04 mai 2017 - 13h25