Les appareils Samsung, Apple et Microsoft toujours plus difficiles à réparer

Les propriétaires d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur portable de Samsung, Apple ou Microsoft ne pourront très souvent pas réparer cet appareil. C’est pour ces trois marques qu’il est le plus compliqué de procéder à une réparation ou de trouver des pièces détachées, selon une étude de Greenpeace. L’ONG de défense de l’environnement appelle dès lors les fabricants à rendre leurs produits plus durables. Greenpeace et l’entreprise spécialisée iFixit ont passé au crible les 40 smartphones, tablettes et ordinateurs portables les plus vendus. Chacun d’entre eux s’est vu affubler d’une note exprimant la difficulté à le faire réparer. Celle-ci reprend le temps nécessaire à la réparation, les possibilités de donner un ‘upgrade’ à l’appareil en remplaçant certains composants, et la disponibilité de ces pièces détachées et de manuels pour procéder aux réparations.
Fairphone, Dell et HP ont reçu des éloges de la part de Greenpeace. Ce sont les seules entreprises à prévoir des composants de réserve et à rendre disponibles au grand public des manuels pour les réparations. Aux yeux de l’ONG, ce sont là des exemples montrant qu’il est possible de concevoir des appareils électroniques modernes pouvant être réparés.
En revanche, “un certain nombre de produits d’Apple, Samsung et Microsoft sont de plus en plus souvent conçus de telle façon qu’il est difficile pour les consommateurs de les réparer, ce qui raccourcit l’espérance de vie de ces appareils et contribue à la montagne grandissante d’e-déchets”, déplore Gary Cook, membre de Greenpeace aux Etats-Unis. Les Samsung Galaxy S7 et S8, les deux smartphones haut de gamme du géant sud-coréen, ont d’ailleurs écopé des plus mauvais scores: respectivement 3 et 4 sur 10.
Les résultats sont encore plus mauvais pour les tablettes. L’iPad 5 et l’iPad Pro 9.7″ d’Apple ne dépassent pas la note de 2. Le plus mauvais bulletin revient à la Surface Pro 5 de Microsoft. En changer le disque dur est impossible et la batterie y est très solidement fixée au reste de l’appareil, ce qui la rend très difficile à réparer ou à désolidariser du reste de la tablette.
Apple et Microsoft font également figure de mauvais élèves en ce qui concerne les ordinateurs portables. Le MacBook Pro 13″ Touch Bar 2017 et le Retina MacBook 2017 de la marque à la pomme ne dépassent ainsi pas le 1/10. Il n’existe pas de composants de réserve et aucun manuel de réparation n’est disponible. Retirer la batterie s’avère également très compliqué. Le Surface Book de Microsoft souffre des mêmes maux: là aussi, la batterie est solidement fixée. Et pour remplacer de petits composants, il faut d’abord retirer la carte mère de l’appareil.

Partager l'article

27 juin 2017 - 06h35