L'ensemble des agences de presse en grève en Italie

L’ensemble des agences de presse italiennes sont en grève samedi, journée de forte actualité avec les 60 ans du traité de Rome et la visite du pape à Milan, pour réclamer le maintien des abonnements de l’Etat. Elles protestent contre un projet du gouvernement de lancer des appels d’offres pour la fourniture d’informations ouverts à toutes les agences européennes, qui risque selon elles de faire perdre à certaines agences italiennes des abonnements publics constituant une part importante de leurs ressources.

Pour la Coordination des comités de rédaction des agences italiennes, ce projet “menace la solidité et, dans certains cas, la survie des entreprises et des rédactions, en plus de compromettre le pluralisme de l’information et la sauvegarde des intérêts de l’information primaire italienne face aux grands groupes éditoriaux étrangers”.

Vendredi soir, le ministre en charge du secteur de l’Information, Luca Lotti, a réaffirmé la volonté du gouvernement de soutenir le pluralisme, tout en estimant que la coordination des agences avait “unilatéralement compromis” les négociations en cours. En réaction à cette déclaration, la coordination a annoncé un arrêt de travail des quelque 800 journalistes des 14 agences italiennes — Ansa, Agi, Radiocor… — pour 24 heures à partir de 6H00 samedi matin.

Ce mouvement ne passera pas inaperçu ce samedi en Italie, alors que 27 dirigeants européens sont réunis à Rome pour les 60 ans du traité fondateur de l’Union européenne, que des manifestations risquent de dégénérer dans la Ville éternelle et que Milan, la capitale économique, accueille en grande pompe le pape François. Outre les agences, le personnel de la chaîne d’information SkyTG24 est également en grève ce samedi pour protester contre un plan de suppressions d’emplois et de déménagement d’une partie des services de Rome vers Milan.

Partager l'article

25 mars 2017 - 11h25