Le site "fugue.be", dédié aux adolescents en situation de rupture, fait peau neuve

L’association SOS Jeunes-Quartier Libre a présenté vendredi, en présence du délégué général aux droits de l’enfant Bernard De Vos, la nouvelle version de son site « fugue.be », seul site francophone de Belgique dédié aux ruptures adolescentaires et aux problématiques de fugue et d’exclusion. Créé en 2004 avec le soutien de la Fondation Roi Baudouin, le portail fournit informations diverses, témoignages, reportages et statistiques sur la question et dispose d’un module de questions-réponses. Disponible sur ordinateurs, tablettes et smartphones, il s’adresse aux jeunes ainsi qu’aux parents, aux proches et aux professionnels. Quelque 250 dossiers en rapport avec des adolescents en rupture sont ouverts chaque année auprès de l’AMO (Aide en Milieu Ouvert) bruxelloise, qui travaille en dehors de tout mandat institutionnel. « La rupture est un terme générique qui reprend l’envie de partir sans passage à l’acte, la fugue et l’exclusion familiale », expliquent les responsables de SOS Jeunes-Quartier Libre.

L’accueil de nuit (hébergement pour une période de 24h, renouvelable deux fois) constitue la porte d’entrée principale des accompagnements individuels que l’association réalise. Cependant, « 30% des jeunes sont refusés par manque de place, contre 10% en 2004 », regrette l’instance.
Sur base de statistiques propres à l’AMO établies en 2015, il ressort que les phénomènes de rupture (familiale et institutionnelle) concernent aussi bien les filles (47%) que les garçons (53%) et touchent toutes les tranches d’âge (12% entre 11 et 14 ans, 17% à 15 ans, 26% à 16 ans, 30% à 17 ans et 15% entre 18 et 20 ans).

Par ailleurs, les situations de rupture familiale représentent 52% des situations rencontrées en 2015 au sein de l’accueil 24h/24. Cette problématique concerne aussi bien les couples parentaux (41%) que les familles mono-parentales (27%) et les familles recomposées (32%).

Dans 43% des cas, l’accompagnement de l’association dure moins d’une semaine, contre 15% entre une semaine et un mois, 18% entre 1 mois et 3 mois, et 25% entre 3 mois et 1 an.

Avec « Point Jaune » à Charleroi et le projet pédagogique particulier ABAKA, SOS Jeunes-Quartier Libre compte parmi les trois seules instances actives en matière d’accueil d’urgence de jeunes, sans mandat institutionnel, en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le site internet de l’AMO bruxelloise enregistre quelque 13.500 visiteurs par an.

Partager l'article

17 mars 2017 - 13h50