Le Pentagone retarde l'ouverture de l'armée américaine aux transgenres

Le secrétaire à la Défense américain Jim Mattis a décidé de retarder de 6 mois l’ouverture de l’armée américaine aux transgenres, a indiqué vendredi le Pentagone. Le prédécesseur de Jim Mattis sous l’administration Obama, Ashton Carter, avait décidé il y a un an que l’armée devrait commencer à accueillir des recrues transgenres au 1er juillet 2017.
Mais le processus d’ouverture a pris du retard, les différents services de l’armée américaine n’étant pas unanimes sur le sujet.
Le chef du Pentagone Jim Mattis “a approuvé aujourd’hui une recommandation des services de retarder l’accession des personnes transgenres dans l’armée au 1er janvier 2018”, a déclaré vendredi dans un communiqué la porte-parole du Pentagone Dana White.
Les services de l’armée américaine vont “revoir leurs plans d’intégration des personnes transgenres, et évaluer l’impact” de cette intégration sur l’efficacité des forces armées, a indiqué la porte-parole.
La semaine dernière, Dana White avait expliqué que les différents services – armée de l’air, armée de terre, marine, corps des Marines – n’étaient pas tous d’accord entre eux sur le calendrier d’une intégration des transgenres. “Ils ont exprimé des vues différentes, certains ont demandé du temps… Il y avait toute sorte de recommandations”, avait-elle indiqué à des reporters.
Selon les estimations du département de la Défense, il y aurait aujourd’hui déjà de 2.500 à 7.000 personnes transgenres parmi les 1,3 million de militaires d’active américains. Il s’agit de militaires qui ont déclaré leur orientation après leur intégration dans l’armée.
Jusqu’à l’année dernière, ils pouvaient être chassés de l’armée s’ils révélaient leur orientation.

Partager l'article

01 juillet 2017 - 07h30