Le pape refuse de s'impliquer dans le Tribunal de paix sur le conflit colombien

Le pape François a salué mercredi la fin du conflit armé en Colombie mais a décliné l’invitation à participer au choix du tribunal qui sera chargé de juger les crimes commis pendant ces décennies sanglantes. La guérilla des Farc et le gouvernement colombien avaient demandé il y a une quinzaine de jours au pape François, premier pontife sud-américain, et au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon « de choisir une personne pour façonner le mécanisme » de ce tribunal. Le pape « s’est réjoui d’apprendre que les négociations avaient été finalisées », a annoncé le Vatican.

Mais pour ce qui est de désigner un représentant au tribunal, « considérant la vocation universelle de l’Eglise (…) il serait plus approprié qu’une telle tâche soit confiée à d’autres instances », poursuit-il. L’accord de paix prévoit que 20 magistrats colombiens et quatre étrangers forment ce tribunal chargé d’organiser le règlement judiciaire du conflit colombien.

Le conflit colombien, qui au fil des décennies a impliqué plusieurs rébellions d’extrême-gauche – dont l’Armée de libération nationale (ELN, encore active) – des paramilitaires d’extrême-droite et les forces armées, a fait au moins 260.000 morts, 45.000 disparus et 6,8 millions de déplacés. Le premier cessez-le-feu bilatéral et définitif entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) et le gouvernement de Bogota est entré en vigueur lundi.

Partager l'article

31 août 2016 - 18h10