Le nouveau complexe fait frémir l'Union des Classes moyennes et plusieurs associations

La « Plate-forme interrégionale pour une politique économique durable » regroupant plusieurs acteurs économiques et environnementaux en vue à Bruxelles a réitéré mercredi ses craintes à l’égard du nouveau district commercial qui ouvrira ses portes au public jeudi, à 10 heures, sans avoir tenu, selon elle, ses promesses notamment en matière de mobilité, d’offre concurrentielle et d’emplois. Pour la plate-forme, constituée notamment de l’Union des Classes moyennes, de la CSC, et d’associations environnementales, Docks Bruxsel est composé « presque uniquement des chaînes d’enseignes, souvent internationales, qui ont d’autres points de vente à Bruxelles et ailleurs dans le pays. L’offre proposée est en concurrence directe avec l’offre commerciale existante, et donc contraire aux dispositions annoncées dans le permis socio-économique accordé par le gouvernement bruxellois ».

En matière d’emplois, le promoteur promettait 1.200 emplois en 2009. « Seuls 500 à 600 emplois nets seront créés, sans compter la déstructuration des noyaux commerçants environnants suite au départ de ces commerces », estime la Plate-forme.

Autre critique: 65% des clients se rendront au centre commercial en voiture. Les aménagements prévus ne compensent pas le manque de clientèle captable à proximité. Docks Bruxsel sera un shopping périphérique, générateur d’un important trafic automobile accentuant la saturation de la zone, et rendant l’accès au ring encore plus difficile.

La Plate-forme interrégionale pour un politique économique durable a par ailleurs rappelé que des recours étaient toujours pendants contre les permis d’urbanisme et d’environnement, et souligné la violation, d’après elle, de l’affectation du sol à cet endroit de zone d’industrie urbaine, « laquelle n’autorise certainement pas un centre commercial ».

Plus largement, la Plate-forme interrégionale juge le développement de centres commerciaux en contradiction totale avec la volonté de la politique régionale bruxelloise de dynamiser les noyaux commerciaux bruxellois existants. « Il ne reste plus qu’à espérer que nos politiques se réveillent pour mettre un coup d’arrêt aux grands frères de Docks: Neo et Uplace ».

Partager l'article

19 octobre 2016 - 15h00