facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Le musée du 11-Septembre rend hommage aux secouristes, héros anonymes

Ils n’étaient que des ombres, ces secouristes anonymes qui ont tout donné à « Ground Zero » après le 11-Septembre, y compris leur santé parfois, et Andrea Booher leur a donné un visage, grâce à ses photos aujourd’hui exposées à New York. Venus de New York, bien sûr, mais aussi de tous les Etats-Unis, ils étaient comme aimantés par ce qui était devenu, le 11 septembre 2001, l’endroit où il fallait être.

Pompiers, policiers, ouvriers ou simplement volontaires fouillaient les débris, sous les yeux du reste du monde, impuissant.

Parmi eux, Andrea Booher, photographe appelée par l’agence fédérale chargée des catastrophes majeures (Fema), était aussi à pied d’oeuvre.

« Il y avait une espèce de frénésie dans les recherches et personne ne voulait quitter le site. (…) Nous sentions que les heures s’envolaient », se rappelle-t-elle, dans un entretien à l’AFP.

Dès le 12 septembre, « Ground Zero » est fermé aux médias. Elle devient, avec son collègue Michael Rieger, la seule à pouvoir prendre des photos sur le site, pour l’Histoire.

C’est une sélection de ses clichés qui a été retenue pour l’exposition « Hope at Ground Zero » (« Espoir à Ground Zero »), démarrée le 26 mai et présentée jusqu’en mai 2017 au musée du 11-Septembre, situé sur le site même du World Trade Center.

Les images de l’exposition, parfois des tirages de plusieurs mètres de haut, montrent ces hommes et ces femmes, devenus des fourmis sur un tas d’immondices, baignés d’une lumière apocalyptique qui filtre à travers les fumées.

Vingt personnes ont été retrouvées vivantes dans les décombres, les dernières le 12 septembre, au lendemain des attentats de New York qui ont fait 2.753 victimes.

Etre les deux seuls photographes sur le site, dit-elle, « c’était un honneur, mais aussi beaucoup de responsabilités. (…) Je me suis poussée jusqu’à la limite. »

Au départ, cette habituée des grandes catastrophes n’avait accès qu’au site, mais pas à la « pile », le gigantesque tas qu’étaient devenues les deux tours, considérée comme trop dangereuse.

« Nous avons du gagner (la) confiance » des pompiers, qui supervisaient le site, et qui « nous voyaient tous les jours, à toute heure », explique-t-elle.

Les hommes du feu, qui ont perdu des centaines des leurs le 11-Septembre, remarquent aussi que les deux photographes, sans s’être concertés, lâchent leurs appareils à la découverte d’un corps ou de restes humains, qu’ils ne documentent pas.

Adoptés, ils deviennent des volontaires comme les autres. On pose pour eux, seul ou en groupe, le visage souvent sale, comme des mineurs à ciel ouvert, au milieu de ces monstrueuses poutres d’acier, disloquées à la manière de vulgaires fils de fer.

Les anciens de Ground Zero sont aussi liés par ce qu’ils ont absorbé sur le site, un mélange inédit et incroyablement toxique, composé notamment d’amiante, de mercure ou de benzène.

Malgré les masques, que tous n’ont pas porté, plus de 4.000 personnes présentes le jour des attentats ou ensuite, lors des excavations sur le site, ont contracté un cancer directement lié à l’événement, selon un document parlementaire publié fin 2015. Une loi d’indemnisation a été votée en 2010.

Andrea Booher, qui est restée deux mois et demi à « Ground Zero », a depuis des problèmes de sinus, mais estime s’en être bien sortie, elle qui n’a jamais porté de masque.

Aujourd’hui, lorsqu’elle revient sur les lieux, elle voit toujours l’endroit tel qu’elle l’a quitté, ce jour d’automne 2001. « C’est gravé dans ma mémoire », dit-elle.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

23 janvier 2017 Le judiciaire passe avant la prévention depuis les attentats à Bruxelles

Les zones de police locales se concentrent sur le volet judiciaire des enquêtes liées au terrorisme depuis les attentats à Bruxelles, au détriment du travail de prévention, a indiqué lundi Frédéric Somville, officier de la police féd lire plus

Belga

23 janvier 2017 Un morceau inédit de Georges Michael pourrait voir le jour

Le producteur Naughty Boy, qui travaillait avec Georges Michael sur un nouvel album juste avant sa mort en décembre dernier, a annoncé dans une interview à la BBC qu’il « n’excluait » pas de sortir un titre inédit du chanteur anglais. « Le titre est incroyable, quoique l lire plus

Belga

23 janvier 2017 Les sex toys plus sûrs que les jouets

Les sex toys contiennent moins de matières dangereuses que les jouets des enfants, a indiqué lundi l’autorité d’inspection des produits chimiques suédoise, qui a eu l’idée de faire la comparaison. En 2015, ce régulateur avait passé au crible un lire plus

Belga

23 janvier 2017 Inde: bientôt un traitement quotidien gratuit pour les tuberculeux

Les tuberculeux auront bientôt droit à un traitement quotidien gratuit en Inde, qui compte à elle seule un quart des personnes souffrant de la tuberculose dans le monde. La Cour suprême a en effet imposé lundi au gouvernement l’administration plus rapprochée d lire plus

Belga

23 janvier 2017 Intempéries – Vigilance renforcée sur les routes wallonnes

Les usagers sont invités à rester prudents et vigilants s’ils doivent emprunter la route dans la nuit de lundi à mardi, en raison de prochaines chutes de neige, avertit lundi la Cellule d’Action Routière (CAR), composée du Centre Régional de Crise de Walloni lire plus

Belga

23 janvier 2017 La production d'énergies renouvelables a diminué en 2016, selon la Creg

Le volume de production des énergies renouvelables éolienne et solaire a diminué de 6,3% en 2016, ressort-il d’une note annuelle de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (Creg), diffusée lundi. La production d’énergie nucl lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/