Le Kremlin dément toute ingérence dans l'élection présidentielle française

Moscou a démenti mardi toute ingérence dans l’élection présidentielle en France et dénoncé des « tentatives de dénigrer » les médias russes au lendemain d’accusations du mouvement centriste ‘En Marche! laissant entendre que Moscou oeuvrerait contre son candidat Emmanuel Macron. « Nous n’avons pas et nous n’avons jamais eu l’intention de gêner les affaires intérieures d’un pays, encore moins son processus électoral », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Moscou n’a jamais fait cela officiellement et ne le fera pas à l’avenir », a-t-il ajouté.

« Dire que nos médias essayent quelque part d’influencer l’opinion publique, c’est complètement absurde », a-t-il poursuivi en dénonçant des « tentatives de dénigrer RT et Spoutnik », deux médias qui appartiennent tous deux à l’Etat russe et que l’équipe d’Emmanuel Macron a accusé d’oeuvrer contre sa candidature.

Benjamin Griveaux, porte-parole d’Emmanuel Macron, a assuré mardi sur la chaîne française iTélé que des attaques informatiques ont visé En Marche! . Elles visaient à « récupérer les données (des) 185.000 adhérents » du mouvement, « avoir accès aux échanges de mails qui se font au sein de l’équipe ou avoir accès à des informations confidentielles sur la stratégie de campagne ». « La moitié des attaques, et on en a à peu près quelques centaines par jour, provient d’Ukraine dont on sait les liens qu’elle a évidemment avec les hackers et les personnes responsables de cyberattaques présents en Russie », a-t-il ajouté.

Partager l'article

14 février 2017 - 14h15