"Le karting n'aurait jamais dû ouvrir ses portes dans de telles conditions"

L’expert désigné par le parquet a terminé l’examen du karting wavrien WIK, où une septantaine de personnes ont été victimes, samedi, d’une intoxication au monoxyde de carbone (CO). Les installations n’étaient visiblement pas terminées. En effet, sur quatre extracteurs de gaz d’échappement, seul un était fonctionnel, indique lundi Jean-Claude Elslander, procureur du Roi du Brabant wallon. De plus, le karting ne possédait pas de détecteur de CO en ordre de fonctionnement. “Ouvrir dans ces conditions, c’était courir à la catastrophe.” “Il semble que les organismes d’agrégation ne sont pas passés”, ajoute le procureur. “En conclusion, ce bâtiment n’aurait jamais dû ouvrir ses portes dans de telles conditions.”

La question de l’infraction pénale pourrait se poser, en termes de coups et blessures par imprudence.

Partager l'article

13 février 2017 - 14h20