Le dossier de la "taxe tampon" est prêt pour le conseil des ministres

Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), est convaincu de l’importance de l’adaptation du taux de TVA sur les produits d’hygiène intime. « Le dossier est prêt depuis longtemps et attend la discussion au conseil des ministres. Si tout le monde joint le geste à la parole, cela peut se faire rapidement », a réagi son porte-parole à la campagne lancée lundi par Test-Achats dans Le Soir et De Standaard. L’organisation de défense des consommateurs trouve qu’il est grand temps que le ministre s’attaque à cette « taxe tampon ». Selon Test-Achats, elle est l’exemple même de la discrimination. Les ministres du Budget, Sophie Wilmès (MR), et de l’Economie, Kris Peeters (CD&V) se sont dits favorables à sa réduction. Le gouvernement Michel a promis à la fin de l’année dernière de ramener la TVA sur les produits pour l’hygiène intime, comme les tampons ou les serviettes hygiéniques, de 21 à 6%.

La Belgique applique une TVA réduite de 6% sur les produits de base. Test-Achats et des collectifs féministes ne comprennent pas pourquoi les tampons, protège-slips et protections périodiques ne sont pas inclus dans les produits de base.

La députée Ecolo Muriel Gerkens estime que « ce gouvernement n’a pas comme priorités la lutte contre la pauvreté et les discriminations envers les femmes ».

Partager l'article

17 juillet 2017 - 14h00