Le DJ Tiesto compare sa relation avec le public au sexe

De ses premières raves aux salles de spectacles bondées, Tiesto a passé les 20 dernières années à guider son public, avec lequel il trouve le lien si intime qu’il a une comparaison toute trouvée. “Fondamentalement c’est comme avoir des rapports sexuels”, confie Tijs “Tiesto” Verwest, artiste néerlandais ayant éclos sur la scène transe durant les années 1990 et désormais second DJ le mieux payé au monde avec 38 millions de dollars annuels selon le magazine Forbes.

“La seule forme d’art dans le monde qui vous procure cette sensation avec le public est sûrement d’être DJ”, se livre l’artiste, qui estime qu’un DJ “ne sait jamais” ce qu’il va “obtenir de son auditoire. C’est pourquoi je pense qu’il y a un sentiment très spécial”.

A la question de savoir de quelle manière un DJ gère son public, Tiesto estime que c’est à l’artiste de “le sentir”. “C’est une expérience que vous apprenez au cours des années”, juge l’artiste de 48 ans.

“Il y a un moment parfait pour tout: c’est comme le sexe, vous ne voulez pas être trop rapide ou trop lent”, développe Tiesto à propos des différentes phases d’un concert, rougissant devant cette comparaison imagée. “C’est un sentiment magique”, reconnait-il.

Autrefois chasse gardée des ravers ou des clubbers, la musique dance électronique, appelée EDM, s’est faite une place de choix sur les radios grand public où des stars de la pop, à l’image de Katy Perry ou Enrique Iglesias, se sont emparés de ses rythmes.

“Beaucoup de DJs s’adaptent à la musique pop. Mais ce qui passe à la radio, c’est de la pop, ce n’est pas de la dance comme on le fait dans les festivals”, rappelle le DJ, qui estime que la sous-culture dance a évolué dans le bon sens.

Partager l'article

27 mars 2017 - 16h40