Le derby de démolition, les auto-tamponneuses américaines grandeur nature

Il y avait 80 voitures inscrites au derby de démolition de la foire du comté de Cambria, jeudi dans la petite ville d’Ebensburg en plein coeur de la Pennsylvanie. A la fin, il ne restait que deux gagnants… et 80 épaves. Dans ce sport emblématique de l’Amérique profonde, il s’agit de détruire les voitures de ses adversaires dans un pugilat mécanique assourdissant, au milieu des pare-chocs qui volent et des radiateurs qui explosent.

Plus de 4.000 personnes ont payé huit dollars jeudi pour assister, depuis des gradins, au « demolition derby » de la foire du comté de Cambria.

Il n’y a presque pas de règles.

A chaque manche, sept ou huit voitures s’alignent de chaque côté d’un rectangle de terre d’une centaine de mètres de longueur. Au coup d’envoi, elles démarrent en marche arrière, le plus vite possible, pour percuter les voitures qui accélèrent en sens inverse. Ce sont les premiers de dizaines de chocs à venir, les plus effroyables, ceux qui déclenchent les « oh! » et les « ah! » dans les tribunes.

Chaque chauffeur doit impérativement attacher sa ceinture et porter un casque. Ils n’ont pas le droit de renforcer leurs voitures, des carcasses récupérées dans une casse ou rachetées quelques centaines de dollars puis vidées de leur intérieur et réparées. Le capot est attaché avec des chaînes pour qu’il reste arrimé.

Il est interdit de défoncer la portière du chauffeur. Le reste est de bonne guerre.

Partager l'article

16 septembre 2016 - 08h35