Le concert "La Belgique, c'est nous!" aura lieu le 7 mai place des Palais à Bruxelles

Le projet “La Belgique, c’est nous!” a été présenté jeudi après-midi à Bozar à Bruxelles. Le concert aura lieu le dimanche 7 mai à 19H00 sur la place des Palais. L’accès sera gratuit et ouvert à tous. Le DJ Merdan Taplak animera une première partie dès 17H30. Le concert s’inscrit dans le programme de la fête de l’Iris et dans le cadre de l’année thématique Mixity, tous deux organisés par Visit Brussels. “Pour Mixity, 33 concerts avec des chorales sont prévus d’avril à juin”, a expliqué Geert Cochez, directeur général adjoint de Visit Brussels. “La Belgique, c’est nous!” sera le point d’orgue de cette saison de concerts.

Il s’agit d’une initiative de citoyens inquiets de l’évolution des relations humaines en Belgique, parmi lesquels l’artiste flamande Els De Schepper, Saïda Sakali, particulièrement active dans le secteur culturel, et Luc Baeckeland, qui a une grande expérience dans le travail de diversité à Gand. “Ce concert vise à unifier dans la diversité, à faire qu’on n’ait plus peur de rencontrer l’autre”, a soutenu Els De Schepper. “Ce concert sera aussi gai et léger. Hier, pour la commémoration des attentats, on a parlé de diversité mais le ton était nécessairement lourd. La diversité permet aussi de se rencontrer de manière positive. On invite tout le monde, Flamands comme Wallons, à participer et à venir chanter avec nous dans toutes les langues.”

Une quarantaine de choristes de tous horizons ont répondu à l’appel. Ils chanteront entre autres avec Ozark Henry, Marie Daulne, Natalia, Sandra Kim, les soeurs Binti, Will Tura, Jef Neve, Viktor Lazlo, Christoff et Typh Barrow. L’Orchestre national de Belgique accompagnera les artistes dans leurs prestations. “On m’a déjà dit que l’orchestre manquait d’identité, mais justement l’identité de notre pays se trouve dans nos différences parfois assez prononcées entre les communautés et les régions et dans notre recherche d’une entente. On cherche, on négocie et on crée une nouveauté belge”, a déclaré Hans Waege, directeur général de l’Orchestre national de Belgique. “On sous-estime cela.”

Partager l'article

23 mars 2017 - 16h10