facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Le cinéma espagnol s'empare de l'ETA une fois la paix revenue

Peu de thèmes ont été aussi discutés dans l’histoire récente de l’Espagne que la violence des séparatistes basques de l’ETA. Mais ce n’est qu’une fois la paix revenue que le cinéma s’en est saisi, brisant un tabou. A quelques semaines du cinquième anniversaire de fin de la lutte armée du groupe, le 20 octobre, l’ETA a été plus présente que jamais au festival de Saint-Sébastien qui s’est clôturé samedi, avec la présentation d’un documentaire sur le crépuscule de l’organisation et des projections de films sur le conflit au Pays basque.

« Émotionnellement, la paix est suffisamment installée pour raconter honnêtement l’histoire », dit à l’AFP le documentariste britannique Justin Webster, réalisateur de « La fin de l’ETA », présenté sous les applaudissements. « On peut commencer à écrire le premier brouillon de ce qui s’est réellement passé ».

– ‘Peu de films’ –
La filmographie relative à l’ETA – qui a fait 829 morts en 40 ans de lutte pour l’indépendance du Pays basque et de la Navarre – est maigre. « Peu de films ont été faits si on tient compte de son importance en quatre décennies dans la vie de beaucoup de gens », déplore le cinéaste basque Imanol Uribe, 66 ans, un des rares à avoir abordé le conflit.

Son premier long métrage, « Le procès de Burgos » (1979), évoquait le dernier jugement de membres de l’ETA sous la dictature de Francisco Franco. Depuis, dit-il, « cette histoire me poursuit dans presque toute mon oeuvre ». Son dernier film, « Loin de la mer » (2015), relate la relation poignante entre une fille de victime de l’ETA et l’assassin de son père. Le cinéaste l’a présenté en toute normalité, contrairement à ce qui se passait dans les années 1980 et 1990. « Días Contados » (Jours comptés), présenté il y a vingt ans, avait suscité une énorme polémique en racontant une histoire d’amour impliquant un membre du groupe armé. « Maintenant il semble plus facile d’aborder la question. A l’époque, c’était compliqué », dit Uribe.

Julio Medem en sait quelque chose. Ce natif de Saint-Sébastien avait présenté en 2003 le documentaire « La pelota vasca » (la pelote basque), un appel au dialogue abordant le conflit depuis des points de vue très différents, des victimes de l’ETA aux proches des militants détenus. Le film, aujourd’hui considérée comme une référence, fut mal reçu à l’époque et Medem accusé de sympathiser avec le groupe armé. « Utiliser le mot dialogue te plaçait déjà dans le camp des pro-etarras », explique-t-il. « Tout n’est pas noir et blanc, il y a des nuances, beaucoup de nuances (…) Mais cela n’intéressait pas de les voir ».

L’ETA était « une sorte de tabou » du cinéma espagnol. D’une part, n’importe quelle nuance apportée à la position gouvernementale, opposé à toute discussion sur les revendications indépendantistes, déclenchait une vague de critiques féroces, d’autre part, la mouvance etarra « se chargeait de te lancer un avertissement: +attention à ce que tu racontes+ ».

– ‘Guerre de récits’ –
Depuis la fin de la violence, des documentaires historiques, dont « 1980 » ou « Au bout du tunnel », alternent avec des thrillers comme « Lasa et Zabala » (deux etarras assassinés par un commando paramilitaire de l’Etat) et des comédies comme « Negociador »… « Maintenant il se produit une guerre des récits au cinéma. L’ETA a cessé de tuer et on doit encore voir comment l’histoire s’écrit », explique Santiago de Pablo, historien de l’Université du Pays basque qui s’apprête à publier un livre sur ce thème.

Une des productions les plus controversées est le documentaire « Asier ETA biok » (Asier et moi): Aitor Merino livre le portrait d’un ami d’enfance, emprisonné huit ans en France pour appartenance au groupe armé. Adoptant une esthétique de vidéo de famille et glissant quelques pincées d’humour, Merino pose au spectateur des questions épineuses: comment cet ami bon enfant peut-il être un terroriste? Peut on être l’ami d’un teroriste ? Qu’est-ce qui amène à rejoindre l’ETA?

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

29 mars 2017 Experts tués en RDC: l'ONU fera tout pour que justice soit rendue

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a confirmé mardi soir que les corps découverts en République démocratique du Congo (RDC) étaient bien ceux de deux experts de l’ONU, assurant que les Nations unies feraient « tout leur possible p lire plus

Belga

29 mars 2017 Totalement paralysé, il réussit à se servir de son bras grâce à des implants cérébraux

Près de dix ans après un accident de vélo, un Américain paralysé à partir des épaules peut à nouveau utiliser son bras et sa main droite pour boire ou manger, grâce à une nouvelle neuroprothèse saluée comme une « premi lire plus

Belga

29 mars 2017 L'aéroport londonien de Stansted bloqué par une manifestation anti-expulsions

La piste d’atterrissage de l’aéroport londonien de Stansted a été temporairement bloquée mardi soir en raison d’une manifestation visant, selon les organisateurs, à empêcher des expulsions vers le Nigeria. Huit vols ont été détourn lire plus

Belga

29 mars 2017 Quatre banques françaises et l'assureur AXA financent la colonisation israélienne

Les quatre premières banques françaises et l’assureur AXA financent la colonisation des Territoires palestiniens par Israël via leurs participations dans des banques et des entreprises israéliennes actives dans les colonies, affirme un rapport de la Fédération lire plus

Belga

29 mars 2017 Scandale d'eau contaminée à Flint: les tuyaux en plomb seront remplacés

Un juge fédéral a approuvé mardi un règlement qui oblige les autorités américaines à payer 97 millions de dollars dans un procès sur la contamination de l’eau potable dans la ville américaine de Flint, exigeant que tous les tuyaux de plo lire plus

Belga

29 mars 2017 USA: des condamnés à mort contestent leur exécution groupée

Des condamnés à mort dans l’Etat américain de l’Arkansas ont saisi la justice mardi pour contester l’avancement et le regroupement de leurs dates d’exécution sur une période de dix jours en avril. « Ce calendrier effréné imposé par l’Etat cause lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/