Le binge drinking, mode majeur de consommation d'alcool chez les jeunes

Le binge drinking, soit la consommation d’alcool concentrée mais épisodique avec la recherche de l’ivresse rapide, est le mode majeur de consommation d’alcool chez les jeunes, ressort-il d’une étude de l’Université catholique de Louvain (UCL) menée auprès de 4.500 étudiants et présentée mardi sur le site de Woluwe-Saint-Lambert. D’après les résultats de l’étude, 25% des étudiants sont ivres au moins une fois par semaine et leur consommation hebdomadaire moyenne d’alcool s’élève à 17 verres. Pour 66% des étudiants interrogés, la consommation excessive d’alcool est par ailleurs « la norme » alors que ce psychotrope est « la deuxième cause de morbidité chez la population générale et la première chez les jeunes de 15 à 24 ans », souligne Martin de Duve, directeur d' »Univers Santé », une ASBL de promotion de la santé créée par l’UCL.
L’enquête, qui est basée sur un questionnaire scientifique de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en 10 questions, pointe par ailleurs du doigt une consommation à risque pour un étudiant sur deux. Aussi, 35,5% des étudiants ont une consommation qualifiée par l’OMS de « dangereuse », 8,4% ont une consommation « néfaste » et 7,6% ont une « dépendance possible ».
D’après les chercheurs, les principales conséquences d’un abus d’alcool chez les adolescents sont, à court terme, les violences entre jeunes (8%) et des relations sexuelles non-désirées ou regrettées (12%). À moyen terme, les étudiants reconnaissent ne pas se sentir capable de travailler le lendemain d’une cuite et 44% d’entre eux admettent négliger leurs études suite à une consommation excessive d’alcool. Sur le long terme, cette consommation excessive a des effets néfastes sur le fonctionnement du cerveau, et conduit à des troubles durables de la mémoire, de l’attention et de la concentration.
Cette enquête, la deuxième organisée par l’UCL sur ce thème, a pour finalité « d’obtenir un plan d’action visant à permettre aux étudiants de l’UCL d’adopter une consommation d’alcool responsable et à l’institution de créer les conditions qui le permettent ».
Un plan alcool pour une consommation responsable, en 5 axes et quelque 194 actions, a dès lors été mis sur pied par l’Université, en partenariat avec les étudiants.

Partager l'article

06 septembre 2016 - 18h35