L'ancien Premier ministre kosovar Haradinaj, recherché par la Serbie, arrêté en France

Un ancien Premier ministre kosovar, Ramush Haradinaj, a été interpellé mercredi à l’aéroport de Bâle-Mulhouse, sur la base d’un mandat d’arrêt international émis par la Serbie pour crimes de guerre lors du conflit au Kosovo en 1998-1999, a-t-on appris de sources proches de l’enquête. M. Haradinaj a été arrêté alors qu’il venait d’arriver par un vol en provenance de Pristina. Il a été mis à disposition de la justice française dans l’attente de l’examen de la demande d’extradition présentée par les autorités serbes, a-t-on ajouté de mêmes sources sans plus de précisions.
Ancien commandant de la guérilla kosovare indépendantiste (UCK), M. Haradinaj avait été élu Premier ministre du Kosovo en décembre 2004. Il avait démissionné au bout de cent jours pour répondre d’accusations de crimes de guerre devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY).
Plus haut responsable kosovar jamais poursuivi par le TPIY, il avait été acquitté en 2008 après avoir été jugé pour 37 chefs d’accusation, puis à nouveau acquitté en appel en 2012.
Mais les autorités serbes entendent bien le juger et ont délivré un mandat d’arrêt international qui lui a valu d’être brièvement arrêté lors d’un passage en Slovénie en juin 2015.
Pendant le conflit avec les forces serbes (1998-99), son unité, les « Aigles noirs », contrôlait une région frontalière de l’Albanie, principale voie d’entrée des armes destinées aux rebelles de l’Armée de libération du Kosovo (UCK). Son groupe est accusé par Belgrade d’avoir torturé et assassiné des dizaines de civils serbes dont les corps ont été découverts près du lac Radonjic dans la région de Decani, dans le nord du Kosovo.
Le Kosovo a proclamé son indépendance en février 2008.

Partager l'article

04 janvier 2017 - 23h00