La Wallonie demande une révision du plan RER

Une note approuvée jeudi par les ministres de la coalition PS-CDH du gouvernement wallon démontre que l’exécutif va hausser le ton dans la négociation du financement du RER, la Wallonie s’estimant grugée, rapporte Le Soir samedi. L’exécutif wallon a mandaté Maxime Prévot (CDH), le ministre wallon des Travaux publics, pour participer aux discussions qu’engagerait le ministre fédéral de la mobilité François Bellot, pour obtenir “la sortie du RER de la clé 60/40 en tant que projet transrégional”. Mais aussi obtenir que le fédéral mette le paquet en priorité sur le financement du réseau express au sud de la frontière linguistique, estimé à environ 516 millions.
L’emprunt d’un milliard pour financer le rail obtenu par le ministre libère “une enveloppe de 368 millions au bénéfice exclusif de la Flandre contre 53 millions pour la Wallonie”, déplore la note.
“Des erreurs dans l’accord sur les préfinancements ont conduit à pénaliser davantage la Wallonie et leurs conséquences sont aujourd’hui majeures pour elle”, poursuit le document “Il ne faudrait pas que la finalisation du RER en Wallonie conduise, si le mécanisme de la clef est appliqué, à augmenter la perte de substance de notre réseau”.
“La Wallonie n’a jamais obtenu aucune transparence sur le dossier RER et l’application de la clef. Elle a pourtant remis à heure et à temps les permis, mais c’est la Flandre qui bénéficie aujourd’hui d’une enveloppe libre d’utilisation”, martèle la note de la coalition.

Partager l'article

29 avril 2017 - 07h25