La première édition du festival "L'usine a Bulles" est lancée

« L’usine à Bulles », le nouveau festival international de la bande dessinée en Cité Ardente, a ouvert sa première édition ce vendredi matin. Jean-Claude Marcourt, Willy Demeyer et Fabrizio Borrini, dessinateur et organisateur principal du festival, ont pris la parole lors de cette inauguration qui a rassemblé les foules. L’inauguration en présence des artistes et de certains représentants politiques a réuni près de 200 personnes. Fabrizio Borrini a ouvert les discours en remerciant les pouvoirs publics et les partenaires privés qui ont permis la création de ce festival du 9ème art. « Entre dessinateurs, on s’est dit qu’il était temps de réinventer le festival de bande dessinée et de réinventer ses codes », a expliqué l’organisateur principal de l’Usine à Bulles. « On a réussi à créer des passerelles entre la BD classique et d’autres moyens d’expression. »

Le ministre Jean-Claude Marcourt a également souligné cette nouvelle dimension importante du festival. « Le numérique n’est pas simplement une évolution technologique, c’est la troisième révolution de l’histoire après l’écrit et l’imprimerie. Les outils numériques sont aujourd’hui aussi utilisés par les artistes. »

Cette jonction technique est importante en tant que passerelle entre la bande dessinée et le film d’animation, qui se développe beaucoup à Liège. « L’Usine à Bulles est le premier festival qui inclut à ce point les technologies modernes », a ajouté le ministre des Médias.

De son côté, Willy Demeyer a mis en avant le volet économique et la visibilité que ce grand festival apportait à la Cité Ardente. « Nous essayons de repositionner Liège comme étant une métropole culturelle, car la culture sous toutes ses formes est une valeur importante pour le vivre ensemble. A Liège, il nous manquait la facette du 9ème art. C’est aujourd’hui chose faite avec ‘L’usine à Bulles’. »

Partager l'article

09 septembre 2016 - 20h45