La police revendique plus de moyens à Liège-Bastogne-Liège

Les représentants syndicaux CGSP, CSC et SNPS de la police ont pris la parole sur le podium du départ de la course cycliste Liège-Bastogne-Liège dimanche. Ils revendiquent plus de moyens à travers un plan de refinancement intitulé Octopus 2. Initialement, les affiliés de la police devaient bloquer le départ de la course durant dix minutes. Cependant, à la suite du décès du coureur Michele Scarponi et de l’organisation d’une minute de silence en hommage au défunt, les syndicats ont préféré limiter leur action à une intervention orale sur le podium.

Les syndicats déplorent le manque de moyens humains et matériels. Ils dénoncent les répercussions des décisions prises par le fédéral sur les polices locales. Pour exemple, ils expliquent que la police de la route a dû récupérer des motos en Flandre pour assurer l’escorte de la doyenne des courses cyclistes.

Avec le plan Octopus 2, les syndicats de police demandent un recrutement important de personnel aussi bien administratif que de terrain. Ils estiment que plus de 2.000 effectifs supplémentaires sont nécessaires afin de mener à bien leurs missions. Des actions similaires sont envisagées dans les mois à venir. La CGSP, CSC et SNPS négocieront un préavis de grève mercredi prochain avec le ministre de l’Intérieur.

Partager l'article

23 avril 2017 - 14h20