La Libye veut un nouveau procès contre une asbl du prince Laurent

La Libye veut un nouveau procès contre une asbl du prince Laurent concernant un projet de reboisement, rapporte VTM mercredi soir. Le contrat avait été résilié en 2010, avant qu’aucun arbre ne soit planté. La Libye avait été condamnée par la justice bruxelloise à verser à l’ancienne ASBL du prince Laurent Global Sustainable Development Trust (GSDT) la somme de 38 millions d’euros, un montant qui a entre-temps été revu à 45 millions d’euros. Mais la Libye indique qu’une transaction à l’amiable de 400.000 euros avait déjà été effectuée. Personne ne sait où cet argent est allé. GSDT avait été engagée en 2008 par le gouvernement libyen pour des travaux de reboisement dans des zones de désert dans le pays, mais le contrat avait été résilié en 2010. En guise compensation, la Libye avait versé 400.000 euros.
Selon un avocat du gouvernement libyen, la Libye avait été citée à comparaître en 2011 malgré ce règlement à l’amiable, et ce en pleine guerre civile. « On nous a réclamé la somme provisionnelle de 17 millions d’euros, sur base d’une rupture de contrat », déclare Sandra Gobert, conseil du gouvernement libyen. « Mais ce n’est pas correct. Ou alors il y a rupture de contrat, et il n’y a donc pas de résiliation à l’amiable. Ou il y a résiliation à l’amiable, et donc pas de rupture de contrat. »
En raisons des années de guerre, la Libye n’a jamais réellement pu se défendre devant la justice. En théorie, le pays doit verser 45 millions de dommages et intérêts à l’association. Mais la Libye veut rouvrir le dossier, car des questions persistent. La procédure devant le tribunal débute jeudi. On saura ultérieurement si un nouveau procès sera organisé.

Partager l'article

03 mai 2017 - 22h05