"La La Land" grand gagnant des Bafta

Le musical « La La Land », du réalisateur américain Damien Chazelle, a continué dimanche à Londres sa moisson de récompenses, après avoir déjà marqué la cérémonie des Golden Globes. Le film, dont les premiers rôles sont tenus par Emma Stone et Ryan Gosling, a récolté 5 British Academy Film Awards ou Bafta, au Royal Albert Hall. Damien Chazelle a été élu meilleur réalisateur, Emma Stone meilleur premier rôle féminin, tandis que le film a également raflé la récompense suprême, celle du meilleur film. La musique originale a aussi été récompensée (Justin Hurwitz), et « La La Land » a reçu le trophée de la meilleure photographie, pour Linus Sandgren.
La moisson aurait pu être plus belle encore, mais Ryan Gosling s’est vu coiffé au poteau pour la statuette, représentant un masque, réservée au meilleur acteur dans un rôle principal. C’est Casey Affleck qui a été choisi pour son rôle d’oncle déboussolé dans « Manchester by the Sea ». Andrew Garfield (Hacksaw Ridge), Ryan Gosling, Jake Gyllenhaal (Nocturnal Animals) et Viggo Mortensen (Captain Fantastic) complétaient la liste de nommés pour ce prix. « Si je suis ici, c’est grâce à Kenneth Lonergan et à son sublime scénario, qui honore vraiment les vies du quotidien et leurs combats avec beaucoup de compassion », a modestement précisé l’acteur au moment de s’adresser à l’assemblée. Kenneth Lonergan a lui-même d’ailleurs reçu la statuette du meilleur scénario original.
Parmi les différentes catégories, seules quelques-unes sont réservées à des personnalités ou œuvres britanniques, la plupart étant ouvertes aux films du monde entier, pour peu qu’ils soient apparus dans les salles obscures de Grande-Bretagne durant l’année. La principale statuette spécifiquement britannique, celle du « outstanding British film », est revenue à « I, Daniel Blake », le long métrage pour lequel Ken Loach a reçu sa deuxième Palme d’Or en mai dernier à Cannes. Le réalisateur de 80 ans, figure du film « social » britannique, n’a pas mâché ses mots sur le podium du Royal Albert Hall: « Je remercie l’Académie d’avoir reconnu le message du film, qui est que les personnes les plus vulnérables sont traitées par ce gouvernement avec une brutalité froide qui est honteuse. C’est une brutalité que l’on retrouve aussi dans le refus d’accueillir des enfants réfugiés que l’on avait promis d’aider, ce qui est honteux également ».

Partager l'article

13 février 2017 - 07h15