La FGTB dénonce le report des mesures en matière de crédit-temps

La FGTB a dénoncé mercredi le report de l’entrée en vigueur de deux mesures sociales. Elle en impute la faute aux mésententes au sein du gouvernement fédéral sur des économies à réaliser. Des nouvelles règles sur le crédit-temps devaient être mises en oeuvre à partir du 1er avril, ainsi que le relèvement des allocations des isolés en congé thématique au dessus du niveau de pauvreté. Ces mesures constituent la première phase de la liaison des allocations sociales au bien-être négociée en marge de l’AIP 2017-2018, souligne le syndicat socialiste.

« Le gouvernement a lié ces 2 dossiers, négociés au sein de la concertation sociale, à de nouvelles économies d’un montant de 20 millions d’euros. Et les partis de ce même gouvernement se disputent quant à savoir sur quelles dispositions porteront ces économies. C’est inadmissible! Ce retard plonge les travailleurs qui souhaitent bénéficier d’un crédit-temps dans un vide juridique et prive les isolés en congé thématique d’une adaptation de leurs allocations sociales plus que nécessaire face à l’augmentation de nombreuses factures », a-t-il dénoncé.

« Alors que le gouvernement a pressé les interlocuteurs sociaux de conclure une CCT crédit-temps avant le 1er avril, il est aujourd’hui le seul responsable de sa non-exécution. En conditionnant l’exécution de ces accords à de nouvelles économies, le gouvernement poursuit son objectif de restreindre les possibilités d’une carrière soutenable », a-t-il ajouté.

La nouvelle convention sur le crédit-temps étend le crédit-temps avec motif pour soins à 51 mois et en accorde le bénéfice aux cohabitants légaux. Elle rend également possible le congé parental d’un demi jour par semaine et préserve les possibilités de crédit-temps de fin de carrière.

La FGTB réclame l’exécution immédiate des accords conclus.

Partager l'article

29 mars 2017 - 19h50