La Bolivie accuse le Chili de harceler deux journalistes boliviens

La Bolivie a accusé vendredi le Chili de harceler deux journalistes de sa chaîne publique, ce qui a provoqué le mécontentement du gouvernement bolivien d’Evo Morales, dans un contexte de tension entre les deux nations. La journaliste Sandra Mariscal et le caméraman Erick Condorena étaient au Chili pour réaliser un reportage sur deux soldats et sept fonctionnaires boliviens retenus par les services de la migration à Iquique, dans le nord du Chili, selon le gouvernement bolivien.
Sandra Mariscal, qui a reçu un simple visa de touriste, “a été obligée de signer un document dans lequel elle s’engageait à ne pas exercer son travail de journaliste”, a indiqué la ministre bolivienne de la Communication, Gisela Lopez, lors d’une conférence de presse.
Pour sa part, Erick Condorena a été expulsé du Chili. Son retour en Bolivie était prévu pour vendredi en fin d’après-midi, selon le ministère bolivien des Affaires étrangères.
Cet incident intervient dans un contexte de tensions entre les deux pays. Deux militaires et sept fonctionnaires des douanes boliviens sont en “détention préventive” depuis quelques jours au Chili, accusés de vols et contrebande sur le territoire chilien.
La présidente chilienne Michelle Bachelet a affirmé que les fonctionnaires chiliens avaient tenté de voler des camions sur le territoire chilien. M. Morales a pour sa part indiqué qu’il s’agissait d’une saisie.
Les relations entre les deux pays sont suspendues depuis 1978 en raison du différend frontalier sur l’accès à la mer.

Partager l'article

25 mars 2017 - 06h35