Jupiler Pro League – 4e journée – Le Standard bloqué par Charleroi (0-0) sous les huées du public

Le match d’ouverture de la 4e journée du championnat de Belgique de football s’est terminé par un match nul entre le Standard et Charleroi (0-0) Au classement, les Zèbres avec 8 points sont deuxièmes, tandis que les Rouches (5 points) occupent la 6e position. En brandissant une banderole sur laquelle figurait l’inscription « Ferrera, ce qui est catastrophique c’est ton discours », les supporters du Standard ont rappelé que le choc wallon avait un parfum de crise pour leur équipe. Malgré l’odeur de soufre générée par les fumigènes, les Rouches ont eu la mainmise sur le début de la rencontre. Directement, le manque de présence en attaque s’est fait sentir et le Standard n’est pas parvenu à s’approcher de Nicolas Penneteau. La première alerte est venue de Charleroi: sur une accélération d’Amara Baby, David Pollet n’a pas été assez prompt pour reprendre le ballon (8e).
Les Liégeois ont répondu par Benito Raman, qui a tricoté: après avoir réussi un crochet, il en a tenté un deuxième et a perdu le ballon (10e). Les Rouches sont allés chercher les Zèbres dans leur camp. Plus entreprenant que lors de ses précédentes sorties, Edmilson a distillé un centre que Raman a mal négocié (22e). Comme le rythme jouait au yo-yo, il n’y a pas eu profusion d’occasions. Jean-François Gillet est intervenu devant Pollet et Baby, sur un centre de Clinton Mata (28e). Charleroi a connu aussi une grosse frayeur: sur un contrôle approximatif de Steeven Willems, le ballon est arrivé chez Raman, qui n’a pas évité la sortie de Penneteau (39e). La plus belle action est toutefois à mettre au crédit de Gillet, qui a dévié en corner un envoi de Mamadou Fall (45e+2).
La seconde mi-temps a débuté par une distribution de cartes jaunes à Adrien Trebel (56e), Christophe Diandy (57e) et Birama Touré (65e): il y en a eu six en tout.
Espérant donner plus de consistance à leurs équipes respectives, les entraîneurs ont effectué plusieurs remplacements. Si Ferrera a effectué un changement poste pour poste (60e Isaac Mbenza pour Raman), Felice Mazzù a donné une configuration plus offensive à son équipe (58e Enes Saglik pour Sotiris Ninis, 66e Clément Tainmont pour Baby). De tous ces nouveaux venus, Tainmont s’est montré le plus actif. Le Français a vraiment gêné Gillet (68e) et Alexander Scholz, qui a commis une méchante faute pour l’arrêter (84e).
Tout cela sous les coups de sifflet du public liégeois, qui a brandi une nouvelle banderole sur laquelle on pouvait lire: »on manque de folie ».

Partager l'article

19 août 2016 - 23h15